Football

Les espoirs de D1 qui débarquent: «Enfin, mais il faudra des balises»

Les espoirs de D1 qui débarquent: «Enfin, mais il faudra des balises»

Frank Defays ÉdA Mathieu Golinvaux

Ce jeudi, l’AG de la Pro League a pris un accord de principe unanime pour que ses équipes espoirs (de D1 A et D1 B donc) disputent les championnats amateurs à partir de la saison 2019-2020.

L’Excelsior est évidemment concerné au premier chef par cette modification. Que Frank Defays voit d’un très bon œil. «J’ai même envie de dire ‘‘enfin’’, commente le coach virtonais. Parce qu’on va permettre aux jeunes talents des clubs de l’élite de se mesurer plus régulièrement à des hommes et d’accélérer ainsi leur post-formation. De la sorte, je pense qu’on verra moins de talents s’égarer et ce sera tout bénéfice pour les clubs de D1.»

L’ancien Zèbre pense aussi que la formule sera bénéfique aux clubs amateurs qui pourront défier quelques grands noms. «À la condition, ajoute-t-il, que des règles bien précises soient mises en place, que tout soit mis en place de manière parfaitement réfléchie. Imaginez que vous affrontiez Anderlecht, il ne faudrait pas que ce soit une équipe A bis qui débarque, sinon cela risquerait de fausser le championnat. Il faudra, je pense, limiter le nombre de joueurs de plus de 21 ans dans ces formations. Mais j’imagine que les responsables ont déjà pensé à tout ça.»

Sur quels terrains?

L’entraîneur virtonais se demande quand même comment tout cela va s’organiser du point de vue des infrastructures. «Où vont jouer ces équipes espoirs?, interroge-t-il. Sur leur terrain A ou sur leur pelouse d’entraînement? Si, via la licence, on impose aux clubs amateurs de disposer d’un nombre minimum de places dans leurs stades, il faut qu’il en aille de même pour ces équipes espoirs. Dans le cas inverse, ce serait de la concurrence un peu déloyale, selon moi. Dès lors, je suis curieux de voir comment tout cela va se mettre en place.»