L’ÉDITO

S’investir pour un monde meilleur

S’investir  pour un monde meilleur

Les participants à la Belgodyssée travaillent pendant deux semaines en binômes bilingues et réalisent des reportages pour la télé, la radio, la presse écrite, le web et les réseaux sociaux. © Frank Toussaint

Entreprendre. Ce mot est sur toutes les lèvres dans ce monde où l’économie perd ses repères. Il est synonyme d’action, de volonté, d’ambition aussi.

Entreprendre, c’est s’engager dans un projet qui demande de l’idée, de l’audace, de l’assertivité. Vous retrouverez tous ces éléments dans les pages qui suivent. Les jeunes participants au concours de journalisme Belgodyssée sont allés à la rencontre de ces entrepreneurs qui ont voulu aller jusqu’au bout de leurs rêves ou de leurs intuitions.

Entreprendre est essentiel pour une société qui veut se repenser, se renouveler, s’adapter aux défis du moment. Sans cet esprit volontariste, un lent assoupissement pourrait s’imposer, présidant à un mal-être général alimenté par l’inertie, l’attentisme, voire la médiocrité.

Néanmoins, l’esprit d’entreprise n’a de valeur que s’il est tourné vers l’autre. Dans un monde qui présente de sérieux travers individualistes, cet esprit est souvent dévoyé, le fait d’entreprendre peut vite être assimilé à l’esprit de lucre, au gain facile, à l’exploitation des autres, au mépris de la solidarité. Sans âme, sans partage, sans volonté d’apporter quelque chose à l’autre, l’entreprise peut vite se retrouver au degré zéro de l’utilité publique, simple gadget aux mains d’actionnaires coupés du monde, uniquement attentifs à la productivité et à la rentabilité de leurs actions.

Face à ce constat pessimiste, les projets présentés ici apportent leurs lots d’espoir. On y retrouve des préoccupations environnementales et sociales. On y découvre des réseaux qui profitent notamment des outils numériques pour partager les expériences. On y voit des perspectives s’offrir à chacun entre résilience, souhait de changement et dépassement de soi.

«Il faut un jour arrêter de s’inventer des excuses et foncer», explique une des entrepreneures rencontrées dans ces pages. Cette petite phrase a sans doute traversé, un jour, l’esprit de tous ceux qui sont interrogés dans ce supplément. Eux qui ont décidé de s’inscrire dans l’action plutôt que de rester au balcon. Pour donner un sens à leur vie. Mais aussi, sans doute, pour rendre le monde un peu meilleur.