PECQ

Le yoga: une bulle d’oxygène pour tous

Aurore Wilfart, institutrice, propose un temps d’arrêt aux enfants de 5 à 12 ans. Les nouveaux ateliers zen remportent un certain succès.

C’est un fait: les adeptes du yoga sont de plus en plus nombreux. Yoga Bikram, Hatha, Iyengar, Ashtanga, Kundalini… Cette discipline inspirée de la philosophie indienne se décline désormais sous de nombreuses formes. Depuis environ deux ans, une nouvelle spécialisation a vu le jour: le yoga des enfants.

Aurore Wilfart, institutrice à «les Co’kain» (école fondamentale spécialisée qui s’adresse à des enfants souffrant de troubles de l’autisme et de dysphasie) partage les bienfaits de son atelier zen avec des enfants de plus en plus sollicités.

Pour favoriser le lâcher-prise

Pour contrer le rythme de nos journées effrénées, les pratiquants de yoga prennent plaisir à s’octroyer un moment de détente. Un moment suspendu, hors du temps, qui force le corps et l’esprit à se focaliser sur le temps présent. Ce sentiment de bien-être peut aussi être apprécié par les plus jeunes. Pour autant que la pédagogie soit adaptée!

«Le cours se déroule sensiblement de la même manière que pour les adultes: introduction avec un point d’ancrage où les enfants se posent tranquillement; je démarre ensuite des exercices d’étirements et d’échauffements. Ensemble, on réalise un enchaînement de postures, sans jamais obliger l’enfant. On termine avec un peu de méditation et de relaxation. Mais tout est amorcé par le jeu (une marelle, un jeu memory…) et de manière ludique», explique Aurore.

La séance dure en moyenne 1 h et s’adresse à des enfants de 5 à 12 ans. «Le démarrage est toujours un peu chaotique. Habitués à être toujours en mouvement, il faut du temps avant que les enfants ne se prêtent vraiment au jeu», avoue la formatrice.

Indépendamment de son apprentissage entamé en septembre à Bruxelles, Aurore s’inscrit régulièrement à des formations axées sur le bien-être: «Un intérêt personnel, notamment pour retrouver un équilibre chez moi. Inévitablement, depuis la naissance de ma fille, mon train de vie a changé. Nous avons tendance à courir et ne pas prendre le temps pour faire les choses. Le yoga permet ce temps d’arrêt. C’est une bulle d’oxygène dans notre quotidien».

Sollicité par l’émission «Super Nanny»

«Dans la région, je pense que nous sommes trois animateurs du genre. Personnellement, je me suis centrée sur Pecq et ses environs où j’ai passé toute mon enfance. L’entité offre moins de possibilités de divertissement que les grandes villes», explique Aurore.

L’école communale de Warcoing lui a fait confiance lors de cette rentrée scolaire. «Cela fait du bien aux élèves. La preuve: les enfants reproduisent souvent les exercices chez eux». Le cours de yoga s’insère également dans le programme de «C’si fun» (voir ci-dessous). L’engouement est donc flagrant depuis quelque temps. «TF1 m’a contacté en juin pour intervenir dans l’émission «Super Nanny» (NDLR: qui vient en aide aux parents en difficulté sur le plan de l’éducation des enfants). Au départ, j’ai cru à une blague…», avoue-t-elle.

Preuve s’il est que le yoga est un excellent moyen pour canaliser son énergie…