MONS

Mons: un père fondateur d'Ecolo avec Georges-Louis Bouchez

Mons: un père fondateur d'Ecolo avec Georges-Louis Bouchez

François Colette signe pour Bouchez en 2018 Mons en Mieux

Le libéral qui emmènera la liste Mons en Mieux aux prochaines élections communales a annoncé le nom d'un premier candidat d'ouverture sur sa liste. Il s'agit de François Colette, ancien conseiller communal montois.

Il y a six semaines, Georges-Louis Bouchez dévoilait "Mons en Mieux!". Le nom de la liste qu'il emmènerait pour les élections communales d'octobre 2018, avec l'ambition de briser l'hégémonie du PS. Pour cela, il compte sur une liste élargie, qui dépasserait les clivages politiques, qui serait pluraliste et composée de personnes unies par un même projet de ville.

Pour cela, l'actuel chef de file du MR de Mons est en quête de candidats connus pour avoir milité dans d'autres formations politiques que la sienne. Et pour cela, il a été tirer de sa retraite un homme retiré de la politique depuis 8 ans: François Colette. Aujourd'hui âgé de 68 ans, l'avocat montois  a été un des précurseurs d'Ecolo: en 1976, il lançait une liste intitulée "Vivre ensemble", qui fut avec deux autres expériences similaires au niveau local, une des bases de la création du parti écologiste. 

De 1982 à 2009, il a été conseiller communal Ecolo à Mons et ne s'est consacré qu'à la politique locale. Retiré de la vie politique depuis, pourquoi sort-il de sa retraite? "S'il y a une chance de voir émerger une force novatrice à Mons, il faut la tenter, autour d’idées qui me tiennent à cœur comme la citoyenneté ou la gouvernance. J’ai d’abord vu en Georges-Louis Bouchez un Elio bis motivé par le pouvoir. Mais j’ai rencontré un homme qui a des idées et un idéal au-delà de sa personne, un esprit novateur et ouvert au-delà des étiquettes partisanes. Son discours sur l’allocation universelle et la globalisation des revenus me plaît."

François Colette sera la caution "participation citoyenne" de "Mons en Mieux!":  "Toutes les décisions importantes doivent faire l’objet de consultations. Il y a partout à Mons des compétences et des volontaires pour participer à la gestion des quartiers ou des institutions. Il faut mobiliser ces énergies. L’homme politique est là pour fixer le cadre" poursuit-il. 

"Sa candidature n’est pas un gadget, mais un apport de fond pour notre projet", soutient Georges-Louis Bouchez. Qui tient sa première personnalité d'ouverture. De quoi en attirer d'autres?