article abonné offert

NAMUR

«Pardon» au Théâtre Jardin-Passion : ce que la résilience a d’universel

«Pardon» au Théâtre Jardin-Passion : ce que la résilience a d’universel

Sinda Guessab incarne une mère dont le fils «a commis le pire au nom d’Allah.» Bernard Mairesse

Avec sa création intitulée PARDON, la compagnie Hypothésarts jette un pont entre deux époques malmenées de notre histoire et crée le dialogue.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 36 des 576 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?