USA

Les primaires démocrates étaient-elles gagnées d’avance par Hillary Clinton?

Les primaires démocrates étaient-elles gagnées d’avance par Hillary Clinton?

Donna Brazile jette un bon gros pavé dans la mare démocrate et éclabousse généreusement Hillary Clinton. AFP

Le parti démocrate américain était de facto sous la coupe d’Hillary Clinton avant même qu’elle en remporte l’investiture présidentielle en 2016, selon l’ancienne présidente intérimaire du parti.

Le pavé a été lancé dans la mare par Donna Brazile, présidente par intérim du comité démocrate national (DNC) de juillet 2016 à février 2017, dans un livre à paraître la semaine prochaine aux États-Unis. Elle y raconte que le parti et l’équipe de campagne d’Hillary Clinton ont signé un accord en août 2015 pour que le camp Clinton aide à renflouer le parti, très endetté - ce volet était connu publiquement. En échange, l’équipe Clinton disposait d’un droit de veto sur le poste de directeur de la communication du parti et d’autres - ce qu’on ignorait.

«En échange de lever de l’argent et d’investissements dans le DNC, Hillary contrôlait les finances et la stratégie du parti, et tout l’argent levé», écrit Donna Brazile, selon de bonnes feuilles publiées jeudi par Politico. «Le DNC était également obligé de consulter l’équipe de campagne sur le reste du personnel, le budget, les données, le travail d’analyse et les mailings». Elle dit n’avoir compris cet arrangement, secret, que fin juillet 2016, quelques jours après avoir remplacé au pied levé Debbie Wasserman Schultz. La patronne du DNC venait d’être «démissionnée» en pleine convention d’investiture, après la publication par WikiLeaks de messages piratés montrant l’hostilité de responsables contre Bernie Sanders, le rival de Mme Clinton.

Voilà qui explique, écrit Donna Brazile, pourquoi elle ne pouvait écrire un communiqué sans le feu vert de «Brooklyn», le QG de campagne Clinton. L’accord «n’était pas illégal, mais il n’avait certainement pas l’air éthique», dit-elle encore.

Pendant toutes les primaires 2016, Bernie Sanders (un sénateur indépendant apparenté au groupe démocrate) a accusé le parti de ne pas être l’arbitre neutre qu’il était censé être, contestant par exemple le calendrier des débats.

Ironie de l’histoire, Donna Brazile, une consultante démocrate qui intervenait comme commentatrice sur CNN, avait été évincée de l’antenne en octobre 2016 pour avoir fourni à l’équipe Clinton des questions qui allaient être posées lors d’un débat des primaires sur CNN. Son coup de pouce avait été révélé par WikiLeaks, grâce à des e-mails piratés.