Jetés vivants dans le canal à Hensies: 6 des 8 accusés du double meurtre prémédité reconnus coupables

Cindy Mahieu, David Gérard, Allan Decot, Benjamin Wisnieuski, Cyril Mattucci et Méganne Bougeâtre ont été reconnus coupables du double assassinat commis à Hensies survenu dans la nuit du 22 au 23 mai 2014.Cette nuit-là, Fanny Colmant et David Dubois ont été jetés vivants dans le canal Nimy-Blaton

Cinq semaines de procès, neuf accusés et une centaine de questions posées au jury de la cour d’assises du Hainaut, le procès du double assassinat d’Hensies touche à sa fin. Ce matin, 6 des 8 personnes accusées du double meurtre prémédité d’Hensies ont été reconnues coupables.

Après deux jours et demi de délibération, le jury de la cour d’assises du Hainaut a reconnu coupable d’assassinat jeudi six des huit personnes accusées du double meurtre prémédité d’Hensies: Cindy Mahieu, David Gérard, Allan Decot, Benjamin Wisnieuski, Cyril Mattucci et Méganne Bougeâtre.

Valentin Devriese et David Berlemont ont été jugés coupables de non-assistance à personne en danger. Frank Doyen est coupable de coups non prémédités avec incapacité de travail.

La nuit du 22 au 23 mai, Fanny Colmant et David Dubois ont été séquestrés et torturés avant d’être jetés vivants dans le canal de Nimy-Blaton. Les corps avaient été lestés et ligotés.

Cindy Mahieu voulait leur infliger une correction car elle était convaincue qu’ils avaient commandité un vol à main armée chez elle, en mars 2014.

Cindy Mahieu, Allan Decot, Benjamin Wisnieuski et Cyril Mattucci sont aussi reconnus coupables d’avoir tenté d’assassiner Mohamed S. cette nuit-là. Tandis qu’Allan Decot, Benjamin Wisnieuski et Cyril Mattucci ont en outre été jugés coupables d’avoir commis un vol chez David Dubois cette même nuit.

Les huit premiers accusés sont aussi coupables de séquestration. David Berlemont n’est concerné que par le cas de Fanny Colmant car il a quitté la maison de Cindy Mahieu avant l’arrivée de David Dubois et le jury a estimé qu’il n’est pas coupable de torture mais de coups portés à Fanny.

Enfin, le jury a jugé que les coups portés aux victimes par Frank Doyen n’étaient pas prémédités mais qu’ils avaient provoqué une incapacité de travail.

Le débat sur les peines a débuté. Les jurés auront mis deux jours et demi pour rendre justice.

Bientôt plus d’infos