SCHAERBEEK

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»

Marie-Laure et Émilie aiment marcher. Surtout, elles aiment marcher longtemps. Alors elles partent très loin, en Nouvelle-Zélande, pour cumuler 3.000km de sentiers. Dans leurs poches: des abricots de l’Himalaya et beaucoup moins de stress.

Marie-Laure Bartholome et Émilie Van den Broeck veulent prendre l’air. Le quotidien, le boulot, le stress de la vie belge, elles vont oublier pour 5 ou 6 mois. Elles ne se contenteront pas d’un gîte en Ardenne. D’ici la fin 2018, le couple se lance dans l’un de ses rêves: le défi du Te Araroa Trail, en Nouvelle-Zélande. 3.000km de sentiers forestiers, de pistes sablonneuses, de cols rocailleux, de crêtes à couper le souffle, de cratères endormis et de tourbières marécageuses. Elles donneront aussi un sens à leur périple en versant 1€ par km à l’œuvre d’un ami (lire cadrée).

Armées d’un atlas A4 précautionneusement recouvert de plastique transparent, le sac gonflé de quinoa et d’abricots secs, un téléphone de rando à portée de main en cas d’urgence, les Schaerbeekoises avaleront la distance sur 140 à 150 jours de marche. Le paysage qu’elles arpenteront, vous le connaissez: c’est celui qu’a filmé Peter Jackson dans la trilogie du Seigneur des Anneaux. Mais les randonneuses bruxelloises, aguerries dans l’Himalaya, en Patagonie ou dans les Alpes, resteront bien à l’écart des touristes pistant les hobbits de Tolkien.

Pourquoi 3000km?

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
Marie-Laure et Émilie veulent se retirer du monde pour voir la vie sous un autre regard. DR
«On ne part pas en vacances: c’est un voyage. L’idée, c’est d’éprouver la sensation de la route sur plusieurs mois. Pour cela, il faut dépasser 10 jours car c’est la durée estimée pour prendre le rythme. On veut aussi vivre de façon plus simple: dormir sous tente, porter notre nourriture, trouver notre chemin. Et prendre le temps, loin du boulot».

«Quand tu marches longtemps, ton cerveau fonctionne différemment. Dans la nature, tu peux pas te laisser abattre. Un orage? Du brouillard? Une rivière en crue? Soit tu t’écroules, soit tu mords sur ta chique. Après ces efforts, tu peux transférer dans la vie de tous les jours. Tu rebondis. Certaines situations qui paraissaient insurmontables se solutionnent. Cette gestion du mental n’est pas innée: elle s’acquiert. Comme chez les grands sportifs, qui peuvent alors garder leur énergie pour continuer».

Pourquoi la Nouvelle-Zélande?

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
Seule la Nouvelle-Zélande pouvait offrir 3.000km loin des villes. EdA - Julien RENSONNET

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
En rouge: le Te Araroa Trail. DR
«Voyager aussi longtemps dans la nature, c’est impossible en Europe. Le GR10 dans les Pyrénées n’est pas assez long: il court sur 900km. Les Alpes, c’est deux mois».

«On pensait donc d’abord aux USA pour le Pacific Crest Trail: 4.000km sur 6 mois. Mais l’élection de Trump a changé les choses. On ne lui fait pas confiance, ni en termes d’ambiance ni en termes de loi. D’autant qu’on est un couple».

«On s’est donc renseignées pour trouver un trail assez long et peu exploré. C’est le cas du Te Araroa Trail en Nouvelle-Zélande. Il existe depuis 2011 et semble peu exploré. Sur internet, on n’a pas trouvé trace de Belge francophone qui l’aurait fait en tout cas. Mais ce n’est pas à cause d’une passion pour le pays qu’on l’a choisi».

Que mangerez-vous?

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
Cette variété d’abricots de l’Himalaya contient un noyau comestible au doux parfum d’amande. Son huile peut aussi guérir les petites égratignures et apaiser les piqûres. Un remède miracle. EdA - Julien RENSONNET

«On n’emporte que des denrées non périssables, légères et qui cuisent vite. Couscous, quinoa, petites pâtes, huile d’olive, champignons lyophilisés, parmesan, raisins et abricots secs. Ceux qu’on aime viennent de l’Himalaya: on les a ramenés de voyage. La variété d’abricots du Ladakh pousse à flanc de montagne: ils sont séchés pour l’hiver et les noyaux sont pressés pour faire de l’huile. Ceux-ci sont délicieux avec leur goût d’amande».

«Les légumes et fruits frais, on en mange lors des rares passages dans les villages ou les villes, ou pendant nos périodes de breaks. Mais ils pèsent lourd donc on évite de les emporter. Enfin, on surveille nos calories et apports en nutriments et on complète avec de la spiruline. Mais c’est vrai que ça sera pas super équilibré comme régime».

Un voyage ascétique?

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
Marie-Laure et Émilie sont habituées aux sommets, mais pas à de si longues périodes loin de tout. Un challenge pour elles. DR

«On ne s’impose pas de règle mais c’est inévitable: on ne prendra pas une douche chaude tous les jours. Et puis, pour une question de budget, on ne peut pas flamber. Même dormir sur le dur chaque nuit, on ne peut pas se le permettre. On a aussi choisi de ne pas recourir aux transports car on ne veut pas dépendre d’horaires et stresser pour arriver à l’heure des navettes. Bien sûr, on profitera des jours de repos, aux alentours de Noël, pour dormir à l’hôtel, bien dormir, boire une bière».

Quel matériel?

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
Des bonnes vieilles cartes et des chaussures: le must. EdA - Julien RENSONNET
«On part sans GPS mais avec une boussole et un altimètre qui pourra à tout moment nous indiquer si nous sommes au point que nous visons sur les cartes. On prend un smartphone qui restera éteint, et un téléphone de randonnée ultrarésistant, pour les urgences. L’idéal est de photographier la carte satellitaire et s’orienter aux collines et reliefs. Mais si y a du brouillard, ça ne fonctionne pas. parfois, il vaut alors mieux rester sous tente plutôt que de risquer la crevasse».

«On a aussi gagné du poids sur chaque équipement: 500gr par sac à dos, des sacs de couchages légers, des demi-matelas, une tente légère. Au total, on a gagné 2kg chacune sur notre ancien matos: on part avec 8kg chacune sans eau ni nourriture. On n’oublie pas non plus nos liseuses, pour les soirées».

Le Seigneur des Anneaux

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
Le mont Ngauruhoe, dans le Tongariro National Park, a servi de décor pour le Mordor dans les films du Seigneur des Anneaux. Reporters / Photoshot

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
La tente du couple en Patagonie: loin de tout. DR
«Depuis que Peter Jackson a filmé la trilogie du Seigneur des Anneaux en Nouvelle-Zélande, certains lieux de tournage sont pris d’assaut par les touristes. C’est le cas du Tongariro National Park qu’on doit traverser. Des Français dont on a lu le périple là-bas y ont croisé 50 fois plus de marcheurs en un jour qu’en un mois et demi de rando».

«Le tourisme, c’est toujours délicat sur les trails car chaque région a ses sites immanquables, renseignés dans tous les guides. C’est la même chose en Patagonie: certains volcans sont touristiques, d’autres pas. C’est comme comparer Bruges et Gand: la première est envahie, la deuxième reste plus authentique. En rando aussi: il y a toujours des chemins de traverse».

+ Vous pouvez suivre le voyage de Marie-Laure et Émilie depuis leur blog (en anglais) ou depuis leur page Facebook (leur voyage commencera par une visite en Inde chez des amis du Ladakh)

Un voyage solidaire

Elles vont marcher 3.000km en Nouvelle-Zélande: «Une douche chaude, ça sera pas tous les jours»
Émilie et Marie-Laure veulent donner un sens au voyage. DR
«On voulait donner du sens au voyage pour nous, mais aussi pour les autres. On récolte donc 3.000€ pour l’œuvre d’un voisin de Schaerbeek: “Ti-Sourire en Haïti”. Depuis le tremblement de terre, cet ami a décidé d’apporter son aide à un papa qui y a perdu ses deux jeunes enfants. le même jour, il a aussi adopté le bébé d’une femme mourante. Depuis lors, l’action de l’ASBL s’est recentrée sur une école dans la banlieue de Port-au-Prince. Notre projet est de financer en partie la cantine scolaire».

+ Pour soutenir «Ti-Sourire en Haïti», vous pouvez prendre des renseignements chez Claudio Guthmann à l’adresse tisourire.haiti@gmail.com ou au 0486/123999. Pour verser votre contribution: BE67 5230 8085 0787 (Banque Triodos)