BELGIQUE

Mehdi Nemmouche n’assistera finalement pas à son procès: «Il perd la vue et l’ouïe, notre client est probablement atteint d’une tumeur au cerveau»

Auto start Auto next Pub delayed Admin name :

Mehdi Nemmouche, arrêté après l’attentat au Musée juif, est gravement malade et ne pourra donc pas assister à son procès, annoncent ses avocats.

Mehdi Nemmouche a comparu devant la chambre du conseil de Bruxelles, jeudi matin, pour annoncer aux juges qu’il ne comparaîtra pas à son procès, ont déclaré, jeudi à midi, ses conseils Mes Sébastien Courtoy et Henri Laquay.

La raison? Mehdi Nemmouche est gravement malade et aucun soin ne lui est donné, selon ses avocats. Mehdi Nemmouche, principal suspect de l’attentat au Musée Juif de Bruxelles en mai 2014, n’avait plus comparu devant les juridictions d’instruction depuis deux ans. Il avait aussi toujours refusé de parler aux enquêteurs.

Un médecin légiste a examiné Mehdi Nemmouche en avril 2017 et a conclu qu’il fallait impérativement qu’il subisse des examens plus poussés concernant son état de santé inquiétant. Or, cela lui est refusé, selon Me Courtoy et Me Laquay. «L’administration pénitentiaire, pour des raisons inexplicables, refuse de procéder à ces examens médicaux», a déclaré Me Courtoy.

«Une tumeur au cerveau, il perd la vue et l’ouïe»

«Notre client est probablement atteint d’une tumeur au cerveau. Il perd la vue et l’ouïe», a indiqué l’avocat. «Tout ce qu’on fait actuellement c’est lui prendre sa tension en lui faisant passer la tête à travers le passe-plat de sa cellule», a-t-il ajouté.

Les avocats du détenu dénoncent l’attitude des autorités publiques qui refusent d’octroyer les soins nécessaires à leur client. Ils rappellent qu’il a droit à être pris en charge médicalement.

«Quel est l’Etat, quelle est la justice qui peut se targuer ou qui peut se permettre le luxe qu’un procès ne se tienne pas parce que son administration pénitentiaire refuse de procéder aux examens qui sont demandés par un médecin légiste? Il n’y aura dès lors pas de présence de Mehdi Nemmouche à son procès, sauf revirement de la part de l’administration pénitentiaire, ce que nous appelons de nos voeux. Car monsieur Nemmouche ne demande qu’une chose c’est qu’on le soigne - il me semble que c’est le minimum - et d’assister à son procès. Il n’y aura dès lors pas non plus de procès en France avec la présence de Mehdi Nemmouche», a déclaré Me Courtoy.

«Quelle image désastreuse une fois de plus pour la justice belge»

«Quelle image désastreuse une fois de plus pour la justice belge, après la pathétique débâcle suite aux attentats de Paris dont nos voisins français, à juste titre, nous tiennent encore rigueur», a ajouté l’avocat, précisant que l’absence de Mehdi Nemmouche à son ou ses procès permettra encore moins aux victimes d’avoir des réponses.

Concernant l’implication supposée de son client dans les attentats du Musée Juif de Bruxelles, l’avocat a déclaré: «si sa culpabilité était si évidente, pourquoi a-t-il fallu trois années d’enquête? Il y a, vous le savez, une autre personne dans ce dossier au sujet de laquelle un avis de recherche a été diffusé. (...) Cette personne remet, quelques jours après les faits, un sac à monsieur Nemmouche. Soit c’est le sac qui contient les armes et monsieur Nemmouche n’est dès lors pas le tireur soit cette personne lui a remis un sac de lingots d’or pour le remercier de lui avoir indiqué la route. Monsieur Nemmouche est dans l’incapacité de donner des informations sur cette personne qui est, vous l’aurez compris, une personne dangereuse. Et toutes ces choses sont sciemment sabordées par les autorités étatiques», s’est encore exprimé Me Courtoy.

Qui est Mehdi Nemmouche ?

Mehdi Nemmouche est inculpé d’assassinat dans un contexte terroriste. Il est le suspect principal de l’attentat au Musée Juif de Bruxelles, commis le 24 mai 2014, et qui avait fait quatre morts.

L’homme avait été interpellé à Marseille le 30 mai 2014, suspecté d’être l’auteur de cette tuerie. Mais deux autres individus sont également suspectés de complicité dans ce dossier, Nacer Bendrer et Mounir Attalah. Ils avaient été transférés en Belgique en février et juillet 2015 mais ils ont depuis été remis en liberté sous conditions.

Egalement, un avis de recherche concernant un quatrième suspect potentiel avait été diffusé mi-janvier 2015. Cet homme avait été filmé quelques jours après l’attentat en compagnie de Mehdi Nemmouche à qui il remet un sac, mais il n’a toujours pas été identifié.

L’enquête sur cet attentat est désormais bouclée, après trois ans d’investigations. Le parquet fédéral doit désormais tracer ses réquisitions concernant le renvoi de Mehdi Nemmouche devant une juridiction de fond.

Selon Me Henri Laquay, le parquet fédéral le fera dans les prochaines semaines. Ensuite, la chambre du conseil devra décider devant quelle juridiction renvoyer le dossier. Un procès, que ce soit devant le tribunal correctionnel ou devant la cour d’assises, n’aura donc pas lieu avant septembre 2018, selon Me Laquay.