SOCIÉTÉ

Resto interdit aux enfants de moins de 4 ans: «Un problème de civisme et d’éducation»

Resto interdit aux enfants de moins de 4 ans: «Un problème de civisme et d’éducation»

Fotolia

En Suisse, un restaurant a décidé d’interdire son accès aux enfants de moins de quatre ans. Et chez nous, est-ce envisageable?

Le 18 septembre dernier, sur sa page Facebook, le restaurant suisse «Milan», basé à Genève, publie un message motivant sa décision de refuser les réservations incluant des enfants de moins de quatre ans.

Extraits choisis: «Depuis de nombreuses années, nous avons eu le plaisir de recevoir des familles avec de jolies petites têtes blondes. Parfois tout se passe très bien, mais trop souvent les pleurs et lamentations de ces petits anges font polémique auprès notre clientèle. (...) Nos clients, hommes d’affaires, couples d’amoureux, amis ou gourmets de passage souhaitent passer un agréable moment dans une atmosphère calme et reposante. De ce fait, ils voient leur repas gâché par des pleurs et autres crises en tous genres. (...) Notre clientèle n’a pas à subir ce traitement imposé par simple négligence parentale.»

+ Le message complet, depuis lors supprimé de la page du restaurant:

Et de conclure en assumant pleinement ce choix: «Nous savons que cette décision est polémique mais résulte d’une obligation de vous servir dans les meilleures conditions. Au plaisir de vous recevoir ou non». Tout en rappelant que ses tenanciers aiment les enfants. Là n’est pas la question...

«Les enfants sont les clients de demain»

 

Et chez nous? Une telle décision est-elle envisageable? Nous avons posé la question à Thierry Neyens, président de la fédération Horeca Wallonie. «Une décision comme celle-là est envisageable puisque chaque établissement est libre du choix de sa clientèle.» M. Neyens rappelle que c’est avant tout «aux parents à cadrer leurs enfants. C’est un problème de civisme et d’éducation. Je pense que nous avons tous fait l’expérience un jour de parents laxistes au restaurant. Ce qui est plus embêtant avec ce type de décision, c’est que cela pénalise les bons parents. Malgré tout, je peux comprendre en cas de répétition des faits.»

À noter que certains restaurants chez nous dissuadent la clientèle avec enfants en ne proposant pas de menu enfant ou en interdisant par exemple l’organisation de communions. Thierry Neyens prévient: «Les enfants sont les clients de demain.» Quant aux clients adultes, il s’agit aussi de les considérer dans leur globalité: «Une fois, le client peut venir en famille; la fois suivante, pour un repas d’affaires avec des collègues.»

MISE A JOUR 22/09 | Un coup de com...

Jeudi, en début de soirée, le restaurant suisse en question a publié un nouveau post Facebook. Non, il ne va pas interdire l'accès aux enfants. "Nous avons lancé un débat et espérons avoir fait la pédagogie du savoir-vivre ensemble", est-il écrit. "Il nous semblait important de lancer cette controverse qui a vite fait le tour de l'Europe. Le Buzz médiatique a pris une ampleur démentielle."