BRUXELLES

Parc Maximilien: «Inacceptable de stigmatiser les migrants malades»

Parc Maximilien: «Inacceptable de stigmatiser les migrants malades»

BELGA

Dans le cadre du dossier du parc Maximilien, Médecins du Monde dénonce la stigmatisation des migrants malades.

«Il est inacceptable de stigmatiser les migrants en raison des maladies dont ils souffrent», s’indigne mardi Médecins du Monde dans un communiqué. L’organisation rappelle avoir formulé des propositions pour dépister les maladies transmissibles, vacciner les migrants et soigner les malades mais s’étonne de l’absence de décision politique.

Mardi, le syndicat de police ACOD (CGSP) s’est inquiété des risques d’infection par la tuberculose ou la gale encourus par les policiers lors des actions menées auprès des migrants dans le parc Maximilien, près de la gare du Nord à Bruxelles. Médecins du Monde confirme un «nombre de cas très réduit» parmi les migrants, qui nécessite une «réponse adéquate» de santé publique.

«Les migrants sont maintenus dans des conditions de vie intenables, puis on s’étonne qu’ils soient malades», souligne l’organisation. «Lorsque la police reçoit l’ordre de les réveiller pour enlever le bout de carton sur lequel ils dorment et qui les protège du froid, on peut imaginer qu’ils soient plus enclins à souffrir de bronchite, de pneumonie, voire de tuberculose.»

Médecins du Monde juge par ailleurs «irresponsable» de renvoyer les migrants dans d’autres pays sans dépistage et sans soins aux malades. «La politique fédérale installe le chaos, là où on peut offrir contrôle et protection», ajoute l’organisation.