MOLENBEEK

Des jeunes de MolenGeek interdits de voyage aux USA en dernière minute: «Du mal à croire au hasard»

Des jeunes de MolenGeek interdits de voyage aux USA en dernière minute: «Du mal à croire au hasard»

L’ex-ambassadrice des USA Denis Bauer avait inauguré MolenGeek à la fin de son mandat. Plusieurs jeunes de l’incubateur de start-up molenbeekois fondé par Julie Foulon et Ibrahim Ouassari se sont pourtant vu interdits de voyage au pays de l’Oncle Sam. BELGA

Consternation à MolenGeek: 8 jeunes de l’incubateur de start-up de Molenbeek se sont vu interdire un voyage aux USA en dernière minute. Ils devaient participer à un salon high-tech dans la Silicon Valley et présenter leur projet à l’ONU.

C’est la tuile pour 14 jeunes de MolenGeek. À la veille d’un «voyage d’inspiration» aux USA, qui devait les voir passer par la Silicon Valley et New York, leur ESTA (Electronic System for Travel Authorization), le sésame obligatoire pour mettre le pied chez l’Oncle Sam, leur a été refusé.

«Sur les 14 membres de notre délégation, 2 ont un visa. Les autres ont donc demandé leur ESTA bien à l’avance. Ils avaient été acceptés. On a donc réservé les avions, hôtels et bus pour nous transporter là-bas», relate Ibrahim Ouassari, cofondateur de MolenGeek, le très inspirant incubateur de start-up du bord de canal. «Mais hier soir à 23h, alors que l’avion décollait ce midi, 8 d’entre nous ont reçu une mise à jour les alertant que l’autorisation de voyager aux USA leur était finalement retirée. Moi y compris». Aucun des participants au voyage n’a décollé. «Personne ne voulait lâcher les autres».

Des jeunes de MolenGeek interdits de voyage aux USA en dernière minute: «Du mal à croire au hasard»
Ibrahim Ouassari: «Tout le boulot est torpillé». EdA - J. R.
«Ça coûte une blinde»

Pour ces développeurs et experts du code, c’est un rêve qui s’effondre. «D’abord, on devait passer au TechCrunch Disrupt via une mission économique bruxelloise. C’est un énorme et prestigieux salon du tech à San Fransisco. On y avait deux stands: un pour l’app QuickLyric développée par un gars de chez nous et qui cartonne, l’autre pour MolenGeek. C’était un honneur mais ça tombe à l’eau. Et en plus, ça coûte une blinde! Au retour, on était invité aux Nations Unies à New York avec le Ministre Alexander De Croo pour y présenter notre projet».

Difficile de ne pas voir de mauvaises raisons dans ce refus. «J’ai beaucoup beaucoup de mal à expliquer aux jeunes que ces multiples refus sont le pur fruit du hasard», concède Ouassari. «À MolenGeek, on est dans la création de valeur et de compétence. On laisse la pleurnicherie sur le côté. Mais là, tout le boulot est torpillé», regrette le jeune entrepreneur.

«C’est ridicule»

La situation paraît d’autant plus ubuesque que MolenGeek, en plus du Roi et des Ministres fédéraux et régionaux, avait reçu l’ex-ambassadrice des USA en ses murs. «C’est ridicule, cette histoire. L’ambassade est d’ailleurs assez mal à l’aise je pense», révèle encore le cofondateur de l’incubateur de Molenbeek. Lui et ses protégés remplissent depuis Zaventem les visas d’urgence que les représentants américains à Bruxelles ont promis d’accélérer. «“Urgence”, ça veut dire quoi? On pourra peut-être encore être présents à New York. Mais je ne suis pas très optimiste».

Le cabinet de la Secrétaire d’État bruxelloise au Commerce extérieur Cécile Jodogne (Défi), qui pilote la mission bruxelloise en Californie, assure suivre la situation au plus près. Cette triste affaire, aux relents de «délit de sale gueule», en rappelle en tout cas une autre: le refoulement de deux de nos représentants en taekwondo, là aussi quelques heures à peine avant l’embarquement.

Des jeunes de MolenGeek interdits de voyage aux USA en dernière minute: «Du mal à croire au hasard»
Le Roi Philippe a aussi visité MolenGeek en mai 2017. Reporters / GYS