MONDE

Une voiture fonce sur une pizzeria près de Paris: déclaré pénalement responsable et inculpé pour meurtre aggravé

Une voiture fonce sur une pizzeria près de Paris: déclaré pénalement responsable et inculpé pour meurtre aggravé

Dans un pays traumatisé par une série d’attentats depuis deux ans, les autorités françaises avaient, au vu des premiers éléments, écarté dès lundi soir la piste terroriste. AFP

Une adolescente y a perdu la vie: l’homme qui a foncé avec sa voiture sur une pizzeria en région parisienne, blessant également 13 personnes, a été inculpé notamment pour meurtre aggravé.

L’homme qui a foncé lundi soir avec sa voiture sur une pizzeria en région parisienne, tuant une adolescente et blessant 13 personnes, a été inculpé ce mercredi soir, notamment pour meurtre aggravé, et placé en détention provisoire.

David Patterson, 32 ans, a été mis en examen pour meurtre aggravé, tentative de meurtres, dégradations par un moyen dangereux et conduite sous l’emprise de stupéfiants, a déclaré la procureure de Meaux (nord-est de la région parisienne), Dominique Laurens. «Il ne s’est pas expliqué sur son acte» devant le juge d’instruction, a-t-elle ajouté.

Le conducteur avait déjà été reconnu auparavant pénalement responsable de ses actes par un psychiatre. «Le résultat du premier examen psychiatrique met en évidence un syndrome dépressif moyen, mais aucune abolition ni altération du discernement. La responsabilité pénale est donc engagée», avait déclaré Dominique Laurens.

Les propos «incohérents» du suspect, qui au volant d’une BMW a foncé sur la terrasse d’une pizzeria dans le village de Sept-Sorts avant de s’encastrer dans le restaurant, tuant une adolescente de 12 ans, ne permettaient pas pour l’heure d’identifier un mobile, selon le procureur adjoint de Meaux, Éric de Valroger.

Dans un pays traumatisé par une série d’attentats depuis deux ans, les autorités françaises avaient, au vu des premiers éléments, écarté dès lundi soir une piste terroriste, moins d’une semaine après une attaque à la voiture-bélier contre des militaires en banlieue ouest de la capitale.

«Pas de mobile terroriste»

«Les premiers éléments d’audition confirment qu’il n’y a pas de mobile terroriste dans cette affaire», avait souligné hier Dominique Laurens.

Un dépistage urinaire aux stupéfiants, qui doit être confirmé par une analyse sanguine, s’est révélé «positif» chez le suspect, qui s’est déclaré «très gros consommateur de produits stupéfiants», selon M. de Valroger.

Âgé de 32 ans, ce vigile était «en arrêt depuis plusieurs mois après un accident de travail».

Parmi les cinq autres victimes initialement déclarées en état d’urgence absolue – dont le petit frère de trois ans de la jeune fille – l’une d’entre elles, une femme de 44 ans, avait encore son pronostic vital engagé mardi soir.

Mercredi matin, six personnes étaient toujours hospitalisées dans des hôpitaux parisiens.