MAISON & JARDIN

SÉRIE D'ÉTÉ (4/7) | Aménager son poulailler personnalisé

SÉRIE D'ÉTÉ (4/7) | Aménager son poulailler personnalisé

- Jean-Marc Noury

Accueillir des poules dans son jardin ne demande pas un investissement énorme. Il faut cependant leur prévoir une maison pour qu’elles se sentent chez elles. Même si on trouve des poulaillers dans le commerce, Jean-Marc Noury a choisi de construire lui-même l’abri de ses protégées. Il a ainsi pu l’adapter à ses besoins et s’assurer de sa solidité. Résultat: en une vingtaine d’heures, un poulailler prêt à accueillir deux à six poules, pour une bonne centaine d’euros.

1. La conception des plans

 

SÉRIE D'ÉTÉ (4/7) | Aménager son poulailler personnalisé
Jean-Marc Noury
«J’ai dessiné moi-même mes plans en utilisant le logiciel Sketchup, raconte Jean-Marc. Cela m’a pris deux-trois heures et j’ai ainsi pu choisir la taille que je voulais donner à mon poulailler.»

Sans logiciel, du papier et un crayon peuvent parfaitement faire l’affaire. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’un architecte, sachez qu’il existe des plans sur internet dont vous pouvez vous inspirer.

Réfléchissez bien à la taille du pondoir, il faut qu’il soit suffisamment large pour le nettoyer et récupérer les œufs facilement. Jean-Marc conseille également de prévoir une porte à l’arrière car les poules ne pondent pas toujours dans le pondoir. «C’est vraiment pratique de pouvoir ouvrir par l’arrière pour récupérer les œufs et pour l’entretien quotidien.»

2. Le choix des matériaux

 

SÉRIE D'ÉTÉ (4/7) | Aménager son poulailler personnalisé
Jean-Marc Noury
Pour la structure, deux options: récupérer du bois de palettes ou acheter du bois chez un menuisier ou dans un magasin de bricolage. Jean-Marc conseille la deuxième option, car «les palettes sont en bois gaufré ou vrillé, ce qui demande un bon outillage et un certain savoir-faire.»

Ensuite, il vous faudra également des chevrons de bois pour réaliser l’ossature. «J’ai choisi des chevrons de 4,5 centimètres en pin, car c’est un bois bon marché», explique Jean-Marc.

Il vous faudra également des feuilles de contreplaqué pour le plancher et des lambris pour les murs. «Plus c’est épais, plus ce sera résistant. J’ai opté pour du 12 millimètres, une épaisseur correcte selon moi.»

Enfin, vous aurez besoin de panneaux d’OSB et d’un revêtement pour le toit (bois ou ardoises).

3. Ossature, plancher et bardage

 

SÉRIE D'ÉTÉ (4/7) | Aménager son poulailler personnalisé
Jean-Marc Noury
On commence donc par l’ossature à l’aide de chevrons en bois de pin mesurant entre quatre et cinq centimètres. Nul besoin de matériel sophistiqué, une scie sauteuse et une visseuse sont amplement suffisantes.

Sciez les chevrons à la bonne longueur et assemblez-les selon vos plans. Jean-Marc conseille de surélever le poulailler pour permettre aux poules de se mettre à l’abri de la pluie et du soleil. «Le mien n’était pas suffisamment élevé, je l’ai donc placé sur des blocs de béton pour gagner en hauteur.»

Le plancher, lui est composé de feuilles de contreplaqué standard, «pas besoin de le traiter puisque l’intérieur doit rester sec.»

Il sera ensuite recouvert de paille ou de copeaux. Les murs, enfin, doivent être résistants et sont composés de lambris qu’on trouve facilement dans les magasins de bricolage.

4. Un toit avec charnières

 

SÉRIE D'ÉTÉ (4/7) | Aménager son poulailler personnalisé
Jean-Marc Noury
Composé de panneaux d’OSB, un matériau très rigide qui se découpe facilement, le toit doit être recouvert pour résister aux intempéries. Plusieurs options s’offrent alors à vous. «J’ai choisi le bois par souci esthétique et pour tester, raconte Jean-Marc. Mais je ne le recommande pas car l’eau stagne et l’abîme, même lorsqu’il a été traité.»

Il conseille alors plutôt les shingles, ces ardoises molles qu’on agrafe et colle très facilement, ou bien les toiles goudronnées. Il a également prévu un toit qui s’ouvre d’un côté pour pouvoir nettoyer le poulailler facilement.

Pour cela, il suffit de placer deux charnières et de visser l’un des pans à la structure pour qu’un seul puisse pivoter. «Je ne le regrette pas du tout, cela simplifie grandement l’usage et l’entretien quotidien», se réjouit Jean-Marc.

5. Les finitions et l’entretien

 

SÉRIE D'ÉTÉ (4/7) | Aménager son poulailler personnalisé
Jean-Marc Noury
Une fois votre poulailler terminé, il faut penser à le protéger. «J’ai choisi d’enduire mes murs de lasure, car contrairement au vernis, elle ne s’écaille pas. Elle est également plus facile à appliquer et les pinceaux peuvent se nettoyer à l’eau.»

Ensuite, renouvelez l’opération une fois par an ou tous les deux ans. «Cela fait maintenant deux ans que j’ai ce poulailler et il est pratiquement comme neuf. Je pense qu’il pourra tenir entre dix et quinze ans.»

Enfin, Jean-Marc souligne l’efficacité de la porte automatique qui s’ouvre au lever du jour et se ferme au coucher. «Je n’ai plus jamais eu de renard ou de fouine depuis que je l’ai installée», se réjouit-il. Une excellente solution quand vous ne pouvez pas rentrer vos poules tous les jours. Prix: 120€.