MONS-CENTRE

VIDEO | À Hensies, la Wallonie s’est débarrassée «d’un de ses furoncles»

La nouvelle aire autoroutière frontalière de Hensies sud, située à la frontière, sur l’autoroute E19/A7, ainsi que la Maison de Wallonie ont été inaugurées ce lundi après-midi.

Même si un travail important, au niveau des plantations notamment, doit encore être effectué, les ministres Prévot et Di Antonio n’étaient pas peu fiers d’inaugurer ce lundi en début d’après-midi la nouvelle aire autoroutière d’Hensies, le long de l’E19/A7, qui abritera également la Maison de la Wallonie. «Dans quelques mois avec l’arrivée des plantations nous aurons une véritable aire d’accueil qui portera bien son nom et dont nous pourrons être fiers plutôt que gênés», s’est d’ailleurs réjoui rapidement le ministre des Travaux publics et de la Sécurité routière.

C’est qu’au fil des années, l’ancienne aire d’Hensies sud s’était considérablement délabrée, avant d’être totalement abandonnée. Régional de l’étape, Carlo Di Antonio n’avait d’ailleurs pas manqué de venir donner un coup de main et quelques coups de pelleteuses en 2011 pour accélérer sa démolition. «Elle n’était plus la porte d’entrée vers la Wallonie que nous aurions souhaitée, accueillante et chaleureuse, ajoute Maxime Prévot, son successeur dans le costume du ministre des Travaux publics. Elle était même, au fil du temps, devenue un véritable furoncle avec notamment ses bâtiments à l’abandon.»

«

Elle n’était plus la porte d’entrée vers la Wallonie que nous aurions souhaitée, accueillante et chaleureuse.

»

Le dossier s’est accéléré en 2014. «Mais cela a pris beaucoup trop de temps, regrette le ministre des Travaux publics. Notamment parce qu’il a fallu négocier avec notre voisin français.» Il y a trois ans, une convention a en effet été signée avec la France où chacun s’est engagé à aménager l’ensemble de l’aire se situant à l’entrée de son territoire. Une convention qui devrait être bénéfique pour d’autres régions de Belgique. «Comme à Sterpenich ou à Aubange», promet déjà Maxime Prévot.

À Hensies, ce sont, au total, près de quatre millions d’euros qui ont été investis, financés par la Sofico, le maître d’ouvrage. «On a mis les moyens», insiste Maxime Prévot.

Dans quelques jours, les automobilistes pourront découvrir un parking de 20 000 m2, comprenant quatre zones de stationnement, mais également une maison de la Wallonie, où il sera bientôt possible de faire découvrir les charmes et les attraits de la Wallonie aux personnes qui s’y rendront ou la traverseront, promettent les ministres. «Une réelle opportunité pour leur présenter nos richesses culturelles, naturelles, patrimoniales ou encore gastronomiques», glissent-ils encore.

«

Une réelle opportunité pour leur présenter nos richesses culturelles, naturelles, patrimoniales ou encore gastronomiques

»

Première en Wallonie, sur un terrain public en tout cas, l’aire autoroutière accueillera également une zone de réglage pour les rétroviseurs des poids lourds. «Parce qu’on sait que c’est une source d’accident et de décès encore trop important, souligne le ministre de la Sécurité routière. Et comme nous sommes à un poste frontière, endroit stratégique, il y a également la volonté d’avoir une zone de contrôle pour la Police et pour la douane.»

Le côté sud désormais aménagé par la Belgique, c’est à présent à la France de mettre en ordre le côté nord, vers la France. Une étude d’aménagement est en cours par leur service.

Par ailleurs, Maxime Prévot a promis d’interpeller son homologue français ainsi que le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, au sujet de la problématique des contrôles à la frontière. Le passage à une bande à cet endroit provoque régulièrement des kilomètres d’embouteillages. «Ils sont plus perturbants pour les utilisateurs de l’E19 qu’ils ne sont utiles», a justifié le ministre.


Nos dernières videos