TOUR DE FRANCE

C’est parti pour la dernière ligne droite de ce Tour 2017: avec un rebondissement de dernière minute?

C’est parti pour la dernière ligne droite de ce Tour 2017: avec un rebondissement de dernière minute?

Bardet et Landa vont-ils se battre pour la 3e place? Sans doute pas… BELGA

Samedi, lors du contre-la-montre disputé à Nice, Froome a parachevé sa quatrième victoire dans le Tour devant Uran, tandis que Bardet n’a conservé la 3e place que pour une petite seconde. Qu’attendre de cette dernière étape?

Traditionnellement, la dernière étape du Tour de France, marquée par l’arrivée à Paris, est d’une certaine manière neutralisée par un accord tacite entre les différentes équipes du peloton.

Celui-ci déambule ainsi sur un train de sénateurs tandis que les (futurs) vainqueurs se congratulent déjà, flûte de champagne à la main.

Ce n’est qu’une fois arrivé sur les Champs Élysées que le peloton range alors les artifices de la fête pour offrir aux spectateurs une dernière déferlante sur l’avenue la plus célèbre du monde et qui consacre régulièrement un sprinter.

Il y a pourtant déjà eu par le passé quelques rares coureurs qui ont réussi à fausser compagnie au peloton une fois débarqué sur les pavés parisiens. C’est le cas notamment d’Eddy Seigneur, vainqueur en solitaire en 1994, ou, plus récemment, d’Alexandre Vinokourov, qui avait en 2005 résisté au retour du peloton et profité des bonifications pour gagner une place au classement général.

Sky tentera-t-il de placer Landa sur le podium?

Or, ce scénario quasi impossible d’un habituel sprint massif déjoué par quelques téméraires a refait surface ces dernières heures, de nombreux observateurs se demandant si la Team Sky de Christopher Froome n’allait pas tenter de faire le forcing dans cette dernière étape pour aider son équipier Mikel Landa, pointé à une seconde seulement de Romain Bardet au général, à grappiller le temps nécessaire qui lui permettrait de rejoindre son leader sur le podium final.

Mais ce scénario semble mort-né, et ce principalement pour quatre raisons:

– comme déjà évoqué, un accord tacite entre les équipes veut que le classement général soit établi lors de l’avant-dernière étape;

– la Team Sky a bénéficié à plusieurs reprises durant ce même Tour de France 2017, notamment de la part de l’équipe AG2R et de son leader, d’une autre règle tacite: celle qui veut que le peloton attende le maillot jaune en cas de chute ou de pépin mécanique;

– on l’a vu, surtout entendu, la popularité du surpuissant Chris Froome est régulièrement mise à mal auprès d’une partie du public français, lequel n’a pas hésité à plusieurs reprises à huer et siffler le champion britannique (qui multiplie pourtant les efforts en matière de sportivité et de communication pour casser cette image du «vilain Froome»): on imagine dès lors assez mal son équipe commencer à rouler et briser les codes pour mettre Bardet, la nouvelle coqueluche du cyclisme français, hors du podium;

– et enfin, le départ annoncé de Landa de chez Sky ne motivera sans doute pas plus que ça son équipe à rouler pour lui, elle qui a déjà tant fait sur ce Tour et qui a obtenu le résultat escompté: la victoire finale.

Un coup de panache inouï de Landa?

Pourtant, Mikel Landa n’a peut-être pas encore perdu le podium. En effet, s’il ne sera pas, sauf surprise, aidé par son équipe, il pourrait néanmoins être tenté de partir dans une échappée improbable sur les pavés ou de réaliser le sprint de sa vie pour grappiller quelques secondes de bonification.

Après tout, la victoire finale dans le Tour 1989 s’était elle aussi jouée sur les Champs. LeMond avait ainsi détrôné Fignon sur ses terres pour 8 petites secondes. Mais c’était à l’occasion d’un contre-la-montre…

Nos dernières videos