TOUR DE FRANCE

Froome remporte sa 4e Grande Boucle à Marseille, Bardet sauve la 3e place

Le Britannique Chris Froome (Sky) a conforté son maillot jaune du Tour de France, samedi, dans la 20e et avant-dernière étape, qui s’est terminée dans le stade Vélodrome de Marseille à la veille de l’arrivée à Paris.

Le match entre Froome, Bardet et Uran n’a pas eu lieu à l’Orange Vélodrome de Marseille, car Chris Froome a dominé comme il le voulait ce dernier contre-la-montre de 22 km dans les rues de Marseille. Le Britannique n’a certes pas gagné ce chrono, dominé par Maciej Bodnar, mais il a surclassé, et Bardet, et Uran. Ce dernier, lui, a assuré sa deuxième place, puisqu’il n’était qu’à 6 secondes d’un Bardet qui sera passé à côté de son contre-la-montre. Et le Français ne doit de sauver sa troisième place que pour une petite seconde sur Landa, qui aura donc repris à Bardet la bagatelle de 1’35’’. L’équipier numéro 1 de Froome a donc failli monter sur le podium.

Froome n’a gagné aucune étape

Le vainqueur de ce Tour de France n’aura donc gagné aucune étape. Comme six autres de ses prédécesseurs, Firmin Lambot (1922), Roger Walkowiak (1956), Gastone Nencini (1960), Lucien Aimar (1966), Greg Lemonde (1990) et Oscar Pereiro (2006). L’ultime étape de ce dimanche sur les Champs Elysées, il s’en désintéressera de toute manière, d’autant qu’elle est réservée comme il est de tradition aux sprinters.

«C’est incroyable, l’ambiance ici est énorme, souriait Froome. Je ne suis pas frustré de ne pas avoir remporté d’étape. L’important était de gagner ce Tour, qui m’a obligé à faire la course pendant trois semaines.»

Bardet, troisième de ce Tour, n’est donc pas passé loin de la correctionnelle. Sa montée vers Notre-Dame de la Garde se résuma à un véritable calvaire. Car certains héros sont manifestement fatigués et c’est sans aucun doute un meilleur état de fraîcheur qui aura fait la différence. Uran et, comme par hasard, Froome et Landa, mais aussi Kwiatkowski: les Sky sont les champions des gains marginaux… Mais ici, ce sont des gains énormes, quand on voit de quelle manière Kwiatkowski et Landa se sont mis à plat ventre pour leur leader.

Bardet est épuisé. «Je suis à bout, je suis scié, mais je n’étais pas très bien au niveau de ma santé depuis ce samedi matin, disait-il. Je suis heureux d’avoir connu un peu de réussite pour conserver ce podium. Je n’avais pas le droit de baisser les bras en face de tout ce que mon équipe a fait durant ce Tour.»

On notera enfin que les deux dauphins de Froome, Uran et Bardet, ont chacun gagné une étape. Uran s’est imposé à Chambéry et Bardet à Peyragudes. Et puis, le dernier nommé est le seul à avoir tenté d’attaquer Froome. L’audace du Français a failli lui coûter une place sur le podium.

Et si la Marseillaise a retenti hier au stade vélodrome, enfin à l’Orange Vélodrome, on comprend que nos confrères de la télévision française l’ont fredonnée. Car les Français ont remporté cinq étapes, signent un podium et ont endossé, par Barguil, le maillot de meilleur grimpeur.

Nos dernières videos