MONDE

Un séisme tue un Suédois et un Turc sur l’île touristique de Kos

La secousse, de magnitude 6,7 selon l’institut géologique américain (USGS) et de magnitude 6 selon l’Observatoire d’Athènes, est survenue vendredi à 01h31 heure locale (22h31 GMT jeudi).AFP

Un Suédois et un Turc sont morts vendredi matin lors d’un fort séisme sur l’île grecque de Kos et le sud de la mer Égée, qui a fait plusieurs centaines de blessés dans la région, en pleine période touristique.

La secousse d’une magnitude de 6 à 6,7 est survenue au milieu de la nuit et a également été fortement ressentie en Turquie.

Selon l’agence de presse grecque ANA, les victimes sont âgées respectivement de 27 et 39 ans. Les deux touristes circulaient dans le centre-ville, encore très animé malgré l’heure tardive, et ont été tuées par l’effondrement d’un bar ou par des pierres d’autres vieux bâtiments avoisinants qui ont subi d’importants dégâts.

L’île de Kos est habituellement très fréquentée par des jeunes touristes. La capacité des infrastructures touristiques s’élève à 100.000 lits et plus de 85% sont actuellement réservés, selon une source policière locale.

«Les gens restent inquiets mais le calme revient progressivement», a indiqué cette source. De nombreuses personnes se pressaient cependant à l’aéroport vers 07h00 GMT, désireuses de quitter l’île, a constaté une photographe de l’AFP.

Le porte-parole du gouvernement grec, Dimitris Tzanakopoulos, a indiqué que hormis le port de Kos, qui a été fermé au trafic en raison d’un affaissement, le trafic étant détourné vers Kalimnos, les autres dommages étaient contenus.

«La situation sur l’île semble parfaitement contrôlée et nous avons un retour à la normale», a-t-il déclaré sur la télévision d’Etat ERT.

«L’aéroport fonctionne et les routes sont en bon état. Il n’y a pas de dommage majeur aux habitations ou aux immeubles», a-t-il ajouté.

Les cinq personnes les plus gravement touchées ont été transportées à l’hôpital d’Heraklion en Crète pour y être soignées.

Plus de 350 blessés à Bodrum

Plus de 350 personnes, dont 25 sont toujours hospitalisées, ont reçu des soins dans la station balnéaire turque de Bodrum après le séisme qui a frappé la côte égéenne du pays et des îles grecques, a indiqué le ministre turc de la Santé.

«358 personnes ont été blessées dans le tremblement de terre. Parmi elles, 272 ont été transportées à l’hôpital par ambulance et les autres s’y sont rendues par leurs propres moyens», a affirmé le ministre, Ahmet Demircan.

Il a ajouté que 25 blessés étaient toujours hospitalisés. «Certains d’entre eux souffrent de fractures», mais aucun n’est dans un état grave, a-t-il précisé.

Les médias turcs avaient dans un premier temps fait état de quelque 80 blessés, la plupart d’entre eux ayant été touchés en sautant des bâtiments dans lesquels ils se trouvaient quand le séisme a frappé ou à la suite de chutes provoquées par la secousse.

Ils ont reçu des soins dans le jardin de l’hôpital car le plafond de l’établissement a subi des dégâts lors du séisme et les autorités n’ont pas voulu prendre le risque d’admettre les blessés à l’intérieur, a indiqué le gouverneur de Bodrum Bekir Yilmaz, cité par le quotidien Hurriyet.

La secousse, de magnitude 6,7 selon l’institut géologique américain (USGS) et de magnitude 6 selon l’Observatoire d’Athènes, est survenue vendredi à 01h31 heure locale (22h31 GMT jeudi).

Selon les médias turcs, le séisme a provoqué un mini tsunami au large des côtes turques et les flots d’eau ont inondé la station balnéaire de Gubet près de Bodrum, endommageant plusieurs voitures.

Surpris dans leur sommeil

La secousse, de magnitude 6,7 selon l’institut géologique américain (USGS) et de magnitude 6 selon l’Observatoire d’Athènes, est survenue vendredi à 01h31 heure locale (22h31 GMT jeudi).

L’épicentre du séisme, qualifié de «très fort» par l’Observatoire d’Athènes, se trouvait à 10 kilomètres au sud-est de la ville côtière turque de Bodrum et à 16,2 kilomètres à l’est de Kos, selon l’USGS et l’Observatoire d’Athènes.

Outre les îles grecques, le séisme a été fortement ressenti sur les côtes occidentales turques proches et surtout dans la ville turque de Bodrum.

À Rhodes, la secousse a surpris les touristes dans leur sommeil.

L’hôtel du club Marmara de Theologos, à 30 kilomètres de la ville de Rhodes, «a tangué comme un navire, et j’ai cru qu’il allait s’effondrer», a témoigné une journaliste de l’AFP sur place.

«On a été très surpris. Cela nous a fait peur et on est immédiatement sortis», a témoigné Teddy Dijoux, 38 ans, un père de famille en séjour au club-hôtel.

Dans la ville turque de Bodrum, la secousse a également été ressentie fortement pendant au moins une vingtaine de secondes, selon une autre journaliste de l’AFP sur place, précisant que depuis la forte secousse, il y avait eu au moins cinq ou six répliques de moindre intensité.

De nombreuses fissures sont apparues sur les bâtiments à Bodrum et l’hôpital de la ville a été évacué, pour des raisons préventives, selon les médias turcs.

Séismes fréquents

À Turgutreis, ville balnéaire située à 20 kilomètres de Bodrum, la maison secondaire de Dilber Arikan, une retraitée de 59 ans, originaire d’Ankara, a subi de nombreuses fissures. «Je dormais et le lit a été secoué… Des bouteilles sont tombées par terre et se sont cassées dans la cuisine, j’ai crié», a-t-elle témoigné.

Les séismes sont fréquents en Grèce et au large des côtes occidentales de la Turquie, en mer Égée, qui se trouve entre les deux pays.

Le 12 juin, une personne est morte et une dizaine d’autres ont été blessées sur l’île grecque de Lesbos, par un séisme de magnitude 6,3 qui a été ressenti tant à Athènes qu’à Istanbul.

«L’archipel de Dodécanèse, où Rhodes et Kos se situent, est très sismique. En 1933, un fort séisme à Kos avait fait 200 morts, heureusement le séisme d’aujourd’hui est gérable», a assuré le sismologue Gerassimos Papadopoulos soulignant pourtant que les répliques du séisme pourraient durer quelques semaines.

Un autre séisme, beaucoup plus meurtrier, avait dévasté en 1999 la région turque de Marmara, sur le continent, au nord-ouest de la Turquie, faisant plus de 17.000 morts.

Pas de rapatriement pour Thomas Cook

Quelque 1.064 vacanciers partis avec Thomas Cook se trouvent actuellement sur l’île grecque de Kos et 405 autres touristes profitent d’un séjour dans la station balnéaire turque de Bodrum, deux destinations touchées par un puissant tremblement de terre dans la nuit de jeudi à vendredi. Le tour-opérateur belge ne constate toutefois aucune volonté de leur part de rentrer plus tôt que prévu au pays et ne permettra pas d’annulation ou de changement aux futures réservations.

Les équipes de Thomas Cook à Kos et Bodrum ont visité les hôtels qu’utilise le tour-opérateur dans ces deux stations balnéaires. Pour la première des destinations, c’est le nord de l’île, et plus particulièrement Psalidi (377 clients de Thomas Cook), qui a été le plus touché par le séisme.

Les hôtels Kipriotis Village, Kipriotis Hippocrates, Kipriotis Panorama Suites, Kipriotis Aqualand et Mitsis Ramira ont ainsi été évacués. Les clients se sont retrouvés cantonnés à l’extérieur avec des couvertures et de l’eau. La stabilité des bâtiments a dû être examinée durant la nuit avant que les vacanciers ne puissent regagner leurs chambres.

Dans la ville de Kardamena, un seul établissement hôtelier, le Mitisis Norida Beach (93 touristes), a été évacué, notamment en raison de l’ancienneté du bâtiment. Mais tous les clients ont pu y retourner depuis lors. À Kos-même, seul le Continental Palace (76 touristes) ne peut encore permettre à ses vacanciers de réintégrer le bâtiment. Si nécessaire, ceux-ci seront acheminés vers d’autres hôtels.

À Bodrum, les plus gros dégâts ont été recensés à Gumbet, où Thomas Cook ne compte qu’un nombre limité de touristes (38). Il n’a cependant fallu procéder à aucune évacuation en Turquie. Mais, la population locale sortant paniquée dans la rue, de nombreux touristes ont malgré tout suivi le mouvement. Ce fut notamment le cas à l’hôtel Smartline Bitez Garden, où séjournent 14 personnes parties avec le tour-opérateur belge.

«Aucun client n’a signalé sa volonté de rentrer en Belgique. À première vue, les dégâts sont relativement limités, raison pour laquelle les annulations ou modifications à de futures réservations ne sont pas autorisées», justifie Thomas Cook.

TUI relativement épargné à Kos

Il y a très peu de dégâts à proximité des hôtels utilisés par TUI sur l’île grecque de Kos, touchée par un tremblement de terre durant la nuit, selon un porte-parole du tour-opérateur belge. Les équipes de celui-ci sont actuellement occupées à recouper les informations sur les conséquences de ce séisme, qui a frappé vendredi les îles grecques du sud-est de la mer Égée en pleine saison estivale mais également la station balnéaire turque de Bodrum.

Une décision devrait être prise dans le courant de la journée pour les voyageurs se trouvant sur place et qui souhaiteraient rentrer plus tôt que prévu en Belgique. Idem pour ceux qui renonceraient finalement à partir en vacances dans ces deux destinations méditerranéennes.

Nos dernières videos