LONG FORMAT

Séparés par la guerre, des enfants attendent leurs parents près de Mossoul

Séparés par la guerre, des enfants attendent leurs parents près de Mossoul

Enfants déplacés, dans un camp près de Mossoul. AFP/SAFIN HAMED

Installé dans un camp de déplacés de Debaga près de Mossoul, Adel n’a pas vu ses parents depuis neuf mois. Pour l’adolescent de 15 ans, c’était le prix à payer pour échapper aux jihadistes du groupe État islamique (EI).

«La route était longue, on a marché toute la nuit, 14 heures environ», se souvient ce jeune adolescent à la silhouette frêle, qui a rejoint le Kurdistan irakien après avoir fui la ville de Hawija, tenue par les jihadistes, au sud de Mossoul.

«Évidemment ma famille me manque, neuf mois c’est long», reconnaît le garçon qui est retourné à l’école et attend de passer des examens de rattrapages en septembre. «Mais les enseignants nous traitent bien. Ici, c’est comme ma maison maintenant.»

Découvrez l’histoire de ces enfants dans notre reportage long format ci-dessous en cliquant sur «Read more».

Un texte de Tony Gamal-Gabriel (AFP) et des photos de Safin Hamed et Fadel Senna (AFP).

Les enfants de Mossoul

Nos dernières videos