Pas moins de 124 points au gouvernement wallon de jeudi, dont les allocations familiales

Pas moins de 124 points figurent à l'ordre du jour du gouvernement wallon de ce jeudi, qui devrait encore être marqué par une guerre de tranchées entre le le PS et le cdH. Le sort des projets du ministre Prévot sur les allocations familiales sera guetté.

Le ministre-président wallon Paul Magnette a déjà assuré que le PS ne bloquerait pas ce texte s'il correspond aux accords passés avec le cdH, notamment sur le plan budgétaire. M. Prévot (cdH) espère un accord pour respecter l'échéance d'une mise en œuvre de la réforme au 1er janvier 2019, tandis que M. Magnette rappelait que, quoi qu'il advienne, le versement des allocations n'était pas mis en danger.

Aucune évolution ne devrait intervenir sur le dossier de la suppression de la redevance télévision: le cdH reproche toujours au PS de ne pas l'insérer dans une réforme fiscale globale et de ne pas avoir prévu de financement structurel. Surtout, il compte le faire passer dans un prochain gouvernement associant le MR, qui en a fait son cheval de bataille depuis des années.

Le cdH bloquera d'ailleurs les autres projets fiscaux mis à l'ordre du jour par le PS, ainsi que des subsides aux entreprises dont le choix lui paraît précipité. Il refusera aussi les points concernant des évaluations de dirigeants de l'administration et autres postes à pourvoir, que les centristes voient comme une manière pour le PS de recaser ou de confirmer des affidés avant de devoir quitter le gouvernement.

La CSC wallonne, quant à elle, a appelé le gouvernement wallon à approuver ce jeudi la réforme des aides à la promotion de l'emploi (APE), inscrite pour une deuxième lecture. Le syndicat dit craindre que la crise politique ne débouche sur l'enterrement de cette réforme "qui doit stabiliser 60.000 emplois".


Nos dernières videos