POLITIQUE

La fête organisée par le N-VA et le Vlaams Belang suscite la polémique

La fête organisée par le N-VA et le Vlaams Belang suscite la polémique

Theo Francken est un des parrains de la kermesse. Reporters/Guillau

Le N-VA et le Vlaams Belang organisent conjointement une kermesse. Cette proximité entre les deux partis nationalistes n’est pas au goût de leurs opposants politiques.

Plusieurs mandataires politiques ont pointé du doigt la proximité entre la N-VA et le Vlaams Belang lors d’une fête organisée par la «Vlaams Huis» à l’occasion du 11-juillet.

L’affiche de cette fête organisée par plusieurs associations nationalistes flamandes (VVB, TAK, Meervoud) annonce une kermesse parrainée par une série de mandataires politiques, exclusivement N-VA ou Vlaams Belang, soit les deux partis nationalistes flamands. L’on y retrouve les deux secrétaires d’État fédéraux Theo Francken et Zuhal Demir aux côtés d’une série de personnalités du Vlaams Belang.

M. Francken a fait la publicité de cette fête sur Facebook. Une équipe de BX1 l’a interrogé à ce sujet mardi, avant les discours officiels du 11-juillet à l’Hôtel de Ville de Bruxelles. Le secrétaire d’État ne voit pas de problème et précise qu’il participe à l’événement depuis cinq ans.

«Ce n’est pas une fête N-VA/Vlaams Belang», a souligné pour sa part le président de la N-VA, Bart De Wever. Selon lui, les organisateurs se sont adressés à une série de personnalités désireuses de financer l’événement. «Et on les a trouvées chez deux partis».

«Les masques tombent», a lancé le ministre bruxellois Pascal Smet (sp.a) tandis que le ministre flamand Sven Gatz (Open Vld) s’étonnait de ce que la N-VA, qui se veut démocratique, frôle «l’extrémisme du Vlaams Belang».

«Ils sont plus proches du Vlaams Belang que de n’importe quel parti démocratique», a déploré pour sa part la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck. «Deux ans et demi de N-VA au pouvoir ne doit pas nous faire oublier son vrai visage».

Nos dernières videos