LE BIZET

Du sursis pour les gérants du «supermarché de la drogue»

Du sursis pour les gérants du «supermarché de la drogue»

La saisie était impressionnante… Selon le ministère public, le chiffre d’affaires de ce trafic est estimé à plus de 310 000 euros. ÉdA – 301407495198

Des peines avec sursis ont été octroyées aux protagonistes du «supermarché de la drogue», démantelé en octobre dernier au Bizet.

Ils s’en sortent relativement bien au vu des peines d’un an à huit ans de prison ferme qui avaient été requises, la semaine dernière, à leur encontre par le ministère public! Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Tournai a condamné les différents protagonistes du «supermarché de la drogue» du Bizet à des peines avec sursis pour ce qui excède la détention préventive.

Le 7 octobre dernier, la police judiciaire fédérale mettait la main sur plus de 5 kg de marijuana, 11 kg de résine de cannabis, 6 kg de speed, 12 550 pilules d’ecstasy, 977 grammes de MDMA, 657 timbres de LSD et… 20 411 euros en liquide au sein du magasin Electromédia, spécialisé dans le rachat d’or et la vente de textile, situé au Bizet. Le gérant et sa belle-mère, tous les deux de nationalité russe, ainsi que le compagnon de la belle-mère, la femme de ménage et un (ancien) inspecteur de la zone de Comines-Warneton étaient poursuivis dans le cadre de cet important trafic de drogues.

Le gérant, en aveu des faits, a écopé d’une peine de 5 ans de prison, avec un sursis de cinq ans pour ce qui excède sa détention préventive, ainsi qu’une amende de 1500 euros. Il écope aussi de la confiscation d’une somme de 10 000 euros et une autre de 50 000 euros, équivalent au gain généré par ce trafic.

Même sanction pénale pour sa belle-mère qui niait toute implication dans le commerce de stupéfiants. Le président du tribunal l’a néanmoins qualifié de «dirigeante du trafic» au regard des témoignages des consommateurs et des autres protagonistes du dossier. Elle entretenait également les contacts avec le fournisseur de stupéfiants et apportait la marchandise au magasin.

Le ripou condamné

Dans ce procès, les regards s’étaient surtout tournés vers l’un des prévenus, un Cominois de 49 ans, qu’il était difficile d’imaginer face à un tribunal, de par le titre qu’il portait à l’époque: inspecteur principal de la zone de police de Comines-Warneton! Il était poursuivi pour participation à cette association de malfaiteurs mais aussi pour des faits de corruption et de divulgation du secret professionnel! L’ancien policier reconnaissait avoir fermé les yeux sur les activités illégales du commerce, avoir négligé son devoir d’enquête et avoir livré de précieux renseignements aux malfaiteurs en échange de pots-de-vin. Il écope également d’une peine de 5 ans de prison, assortie d’un sursis de cinq ans, et d’une amende de 1500 euros. La saisie a été limitée à des sommes de 7 700 euros et de 20 000 euros.

Deux autres personnes, le compagnon de la dirigeante du trafic et la femme de ménage du commerce, considérées comme des petites mains dans ce «supermarché» de la drogue, écopent d’un an et de 40 mois de prison avec sursis de cinq ans.


Nos dernières videos