BRUXELLES

Euler Hermes Belgique délocalise 32 emplois en Pologne et en Roumanie

Euler Hermes Belgique délocalise 32 emplois en Pologne et en Roumanie

Illustration BELGA

32 emplois sont menacés chez Euler Hermes en Belgique suite à la délocalisation de l’entreprise en Roumanie et Pologne.

Trente-deux emplois sont menacés chez Euler Hermes Belgique, annonce mercredi le front commun syndical au sein de l’entreprise. L’assureur-crédit vient en effet d’annoncer la mise en œuvre d’un nouveau projet – baptisé Alchemy – destiné à «assurer la croissance du groupe». Les emplois menacés devraient être délocalisés en Roumanie et en Pologne d’ici la fin 2019.

«Le 7 juillet dernier, le CEO d’Euler Hermes Belgique, Bernd Lehmann, a annoncé aux membres du conseil d’entreprise, la mise en œuvre d’un projet dénommé ‘Alchemy’. Celui-ci vise à effectuer des économies d’échelles afin de favoriser la croissance future du groupe», soulignent les syndicats.

«Concrètement, ce plan se traduirait par une délocalisation de postes belges en Roumanie et en Pologne d’ici la fin 2019, entraînant la perte d’emplois de 32 effectifs temps plein», ajoutent-ils.

Le front commun SETCa-BBTK, CGSLB, CNE-LBC «refuse en bloc ce projet, qu’il dénonce comme étant une restructuration de l’entreprise» et entrevoit «un risque majeur d’une série de licenciements individuels».

Il s’indigne par ailleurs de «la fuite des compétences locales au détriment de la reconnaissance des efforts des salariés depuis de nombreuses années, avec à la clef une perte de qualité du service clients et une menace pour la continuité d’Euler Hermès Belgique dans le futur».

Selon les syndicats, Euler Hermes – membre du groupe Allianz – est implantée dans 57 pays où elle occupe plus de 6.000 collaborateurs.

Fin 2016, le groupe affichait un chiffre d’affaires consolidé de 2,6 milliards d’euros et couvrait les transactions commerciales de nombreuses entreprises dans le monde entier pour un montant de 883 milliards d’euros.


Nos dernières videos