SOCIÉTÉ

«Préférez le pédiatre au généraliste», le président de l’Académie belge de pédiatrie présente ses excuses

«Préférez le pédiatre au généraliste», le président de l’Académie belge de pédiatrie présente ses excuses

L’Association belge des syndicats médicaux déplore le message diffusé samedi dans la presse flamande par le président de l’Académie belge de pédiatrie, Yvan Vandenplas, qui estimait que les parents devaient de préférence consulter un pédiatre pour soigner un enfant malade. Fotolia/Lisa Eastman

«Préférez le pédiatre au généraliste», c’est le message que le président de l’Académie belge de pédiatrie a tenu dans la presse flamande ce week-end. Il n’en fallait pas plus pour que la tension monte entre les deux professions.

Les propos du chef de pédiatrie de l’UZ Brussel, Yvan Vandenplas, qui est par ailleurs président de l’Académie belge de pédiatrie, n’ont pas fini de faire parler d’eux! Ce week-end, dans la presse flamande, il déclarait que les parents devaient de préférence consulter un pédiatre pour soigner un enfant malade.

Des propos qui ont déclenché de nombreuses réactions, notamment des syndicats médicaux. Mercredi matin encore, le Groupement belge des omnipraticiens (GBO) déplorait ces déclarations parues dans la presse, qui «portent atteinte à la confraternité».

Des propos absurdes

Pour l’Absym, «par ces propos absurdes, M. Vandenplas, met en danger les soins de santé pour les enfants et menace de démolir l’organisation des soins de santé.»

L’Absym reconnaît que chaque praticien n’est pas à l’abri d’une erreur, mais souligne le rôle «plus que déterminant» du lien familial. «Dans cette situation précise, le généraliste est avantagé puisqu’il a une meilleure visibilité que le pédiatre qui intervient plus occasionnellement.»

Même l’employeur d’Yvan Vandenplas, l’hôpital universitaire de Bruxelles (UZ Brussel) contestait ses propos.

«Nous ne sommes pas d’avis qu’il est préférable que les parents consultent directement un pédiatre pour leurs enfants au lieu de se rendre d’abord chez un médecin généraliste. Les médecins généralistes sont formés pour détecter de graves problèmes chez les adultes et chez les enfants. Lorsque les affections sont plus complexes, ils réfèrent les enfants à la deuxième ligne et cette collaboration fonctionne bien», soutiennent l’UZ Brussel et la Faculté de Médecine et de Pharmacie de la VUB.

Des excuses

Et depuis la polémique, le président de l’Académie belge de pédiatrie, Yvan Vandenplas, sort les rames pour présenter ses excuses. L’homme regrette la manière dont ses propos ont été présentés.

«Il comprend les réactions», indique un communiqué de l’Académie belge de pédiatrie. «Ce n’était absolument pas son but de viser la médecine généraliste. Il souligne d’ailleurs l’importance du médecin généraliste en première ligne.»

L’Académie ajoute qu’Yvan Vandenplas n’a jamais affirmé que «les parents doivent de préférence consulter un pédiatre pour un enfant malade plutôt que leur généraliste». «Les généralistes sont en effet tout à fait formés pour détecter des affections graves tant chez l’adulte que chez l’enfant.»

Elle renvoie aussi dans son communiqué à la réforme des soins pédiatriques de 2014, qui «a mené à une ambivalence sur la programmation des soins pour enfants».

L’Académie a entre-temps entamé une réflexion sur la manière dont le pédiatre peut de manière générale contribuer à renforcer le rôle du médecin généraliste en première ligne.

«Malheureusement, cela a été présenté comme si le médecin généraliste ne remplissait plus bien cette fonction aujourd’hui, alors qu’il n’y a aucun doute là-dessus», ajoute Yvan Vandenplas mercredi. «Je veux clairement exprimer ma vision, selon laquelle le pédiatre est formé pour les deuxième et troisième lignes, et que la pédiatrie de première ligne revient au médecin généraliste. Ils sont nombreux à avoir réagi, et ils ont raison.»

«A l’heure où des changements majeurs se profilent dans le financement des soins de santé, il est indispensable que les médecins parlent d’une même voix et imaginent des solutions constructives pour l’avenir de soins de santé.»


Nos dernières videos