LIBRAMONT

L’E411 enfin ouverte à la circulation

L’E411 enfin ouverte à la circulation

La phase d’urgence provinciale a été levée mardi vers 19 h. Le trafic a donc pu reprendre normalement. BELGA

Tout est rentré dans l’ordre sur l’E411, bloquée dans les deux sens depuis dimanche à hauteur de Recogne.

Il aura certes fallu du temps, mais la situation est revenue à la normale hier soir sur l’E411 à hauteur de Recogne-Libramont. La cinquantaine d’hommes sur place a versé le produit toxique, le tétrachloréthylène, dans une citerne hermétique. Ils ont percé 63 fûts au total, l’opération s’est terminée hier matin vers 4 h 30. Le solvant a directement été renvoyé à l’expéditeur, à Seneffe.

+ Notre page info trafic

Les hommes ont ensuite procédé à la décontamination de ces mêmes fûts ainsi que de la carcasse du camion. Celle-ci a été enlevée de la berme centrale pour ensuite être dégagée de la chaussée vers 10 h.

Les travaux de voirie ont duré près de 8 heures

Le SPW est intervenu sur place hier vers 4 h 30 du matin, une fois le camion enlevé de la route, ils ont raclé la chaussée avant d’arracher 3 000 mètres carrés de tarmac sur une centaine de mètres. Il a été fortement abîmé à la suite de l’incendie.

Ils l’ont ensuite remplacé par une nouvelle couche, sur une épaisseur de sept centimètres. La berme centrale a également dû être réparée, de même que l’électricité. Les travaux ont duré un peu plus de 8 heures. Une fois la nouvelle couche de tarmac séchée, l’autoroute E411 a pu rouvrir dans les deux sens. En direction de Luxembourg, les automobilistes ont de nouveau pu l’emprunter vers 19 heures, et en direction de Bruxelles aux environs de 22 heures.

Pas un simple accident de camion

Si l’autoroute a été fermée durant près de trois jours, c’est parce qu’il ne s’agit pas ici d’un simple accident de camion. « Ce n’est pas l’accident de camion en lui-même qui a posé problème. C’est le caractère des produits qui étaient impliqués dans cet accident, affirme Xavier Derenne, chargé de communication sécurité au cabinet du gouverneur de la province de Luxembourg. Il a fallu prendre énormément de précaution afin qu’il n’y ait pas de nuage toxique, que le produit ne se déverse pas dans la nature et surtout, que les hommes sur place ne soient pas blessés.» Si cette réouverture a été aussi longue, c’est également parce que, pendant de très nombreuses heures, les hommes sur place et à la protection civile cherchaient un moyen d’évacuer le produit. D’abord avec une grue, qui ne s’est pas avérée efficace. Et puis seulement à l’aide d’un camion-citerne, qui est venu de Courtrai. Ce trajet a été long. Il faut dire aussi que plusieurs experts sont intervenus sur place, dont des firmes privées venues tout droit d’Anvers. Si l’on combine tous ces facteurs, rien d’étonnant donc, quant à la durée de la fermeture de l’autoroute.


Nos dernières videos