PROVINCIALE 2A

L’US Liège est un peu l’inconnue de la 2A

L’US Liège est un peu l’inconnue de la 2A

Debout, de gauche à droite: Désiré Masunda, Benjamin Willems, Jean-Michel Doppagne, Hamza Traoré, Timoty Wyshia, Michaël Addaï, Mohamed Hannaoui, Henri De Wilde (président), Jérôme Dirick (T1), Éric Malaise (Délélgué), Loris De Oliveira (entraineur des gardiens), Romain De Wilde, Jalil Lahmouzi, Arbyos Sulejmani, Alessandro Guarino, Albin Krasniqi, Christian Humblet (T2, délégué) et sa fille Marine, Thierry Bury (vice-président). Accroupis, de gauche à droite: Christopher Kron, Lucas Grassagliata, Bertrand Janne, Kevin Ali Onubo, Charles Azikpat, Bryan Lantin (mais jouera à Momalle) Christophe Catalano, Sean Tshikuna, Thomek Groszmann, Dane Luwongo, Beratt Rrustemi, Sokrat Rrustemi, Kushtrim Sulejmani (jouera à Momalle) -

Un entraineur hesbignon, ça peut aider quand on va jouer en 2A. L’US Liège, avec sa dizaine d’arrivées, sera pourtant l’inconnue de la division.

L’Union Sportive de Liège, matricule 40 du football belge (!) est un club mythique. Fondé en 1908 à St-Nicolas mais résidant, depuis sa fusion avec le Gold Star de Liège (en 1953), sur la colline de Xhovémont, ce club de quartier aux célèbres terrains en cendrée (mais qui aspire aujourd’hui à un synthétique), a toujours su garder son âme, et faire la part belle aux gars du coin.

Avec des hauts et des bas, évidemment, comme ce séjour en nationale en 1989 après un test-match gagné à Waremme contre Bas-Oha, et ensuite, quasi dans la foulée, la chute jusqu’en P3 en 1996.

Depuis, le club, entrainé pendant de longues années par Thierry Bury (aujourd’hui toujours vice-président) vogue surtout en P2, avec cependant un nouveau (court) passage en P1 y a deux ans. Une P1 que l’US aimerait de nouveau rejoindre d’ici quelques années, elle qui, cette saison, sous la houlette de Kamal Abdelmoumni, a réussi à éviter une deuxième descente d’affilée, ce qui n’était pas évident.

C’est que si l’US Liège a toujours été plein d’excellents joueurs, il a aussi souvent été plein de gars certes amoureux du foot mais qui avaient d’autres chats à fouetter, faisant passer leur sport favori au second plan, ou oubliant certaines obligations du travail collectif.

C’est cette mentalité que le club s’attelle à changer. Et c’est la mission qui a été confiée au nouveau coach Jérome Dirick. Lequel a d’ailleurs axé son discours de bienvenue en ce sens. Le collectif primera! Jérome Dirick est Waremmien, mais il sait où il met les pieds puisqu’il coachait les U14 du club la saison passée. L’intéressé a fait venir plusieurs joueurs (hélas pour lui, pas les offensifs Bryan Lantin et Lushtrim Sulejmani, lire ci-dessous) susceptibles justement, par leur expérience, de changer la mentalité collective. Ainsi un Christophe Catalano (Hautes-Fagnes), un Bertrand Janne (Wasseiges), un Jean-Michel Doppagne (Poulseur) ou un Felice Moscufo (Chênée). Au total, 29 joueurs composeront le noyau liégeois, sans équipe B pour ceux qui ne joueront pas! (mais, ça oui, avec des U19 pour les trois ou quatre gars en âges d’y évoluer).

Cela fait beaucoup, vingt-neuf joueurs. Il ne faudra pas se décourager. Jérome Dirick, lors de la présentation, n’a eu de cesse de répéter que tout le monde aurait sa chance, expliquant d’ailleurs très clairement comment il fonctionnerait sur et en dehors du terrain. Notamment pour créer un groupe. De là à penser qu’aucun gars ne se découragera… il y a une marge évidemment. Une trentaine de joueurs, c’est beaucoup. Seuls les plus forts mentalement, à terme, émergeront. Et si la sauce prend, l’objectif sommairement évoqué de figurer dans le top 5 de la 2A pourrait être réaliste. Car, du foot, il y en a, dans les pieds des joueurs de l’US.


Nos dernières videos