BRUXELLES

«Bruxelles a trop souffert de la bêtise des promoteurs immobiliers pour risquer encore la bruxellisation»

«Bruxelles a trop souffert de la bêtise des promoteurs immobiliers pour risquer encore la bruxellisation»

L’avis contraignant de la Commission royale des Monuments et sites sera maintenu à Bruxelles dans le nouveau Cobat. Eric Herchaft © Reporters

L’avis contraignant des Monuments et sites sera conservé dans le nouveau Cobat. Ce qui réjouit la présidente du Parlement francophone bruxellois Julie de Groote. C’est une pétition qui a fait pencher la balance.

La présidente du parlement francophone bruxellois Julie de Groote (cdH) s’est réjouie lundi soir d’apprendre que «le PS et surtout DéFI aient enfin compris toute l’importance de la Commission Royale des Monuments et des Sites (CRMS)» dans la politique de protection du patrimoine de la Région bruxelloise. C’est une pétition signée par plus de 4500 noms qui a fait pencher la balance (lire ci-dessous).

Selon l’humaniste, les parlementaires MR et DéFI de la Commission s’étaient exprimés, la semaine dernière, en faveur du texte original proposé par le ministre-président socialiste et qui réduisait à peau de chagrin les pouvoirs de la CRMS.

D’après De Groote, cela fait des mois qu’elle insiste sur la nécessité de conserver intégralement le levier particulièrement précieux de l’avis contraignant de la Commission Royale des Monuments et des Sites en matière de préservation du patrimoine à Bruxelles.

«Bruxelles a trop souffert de la bêtise de nombreux promoteurs immobiliers pour risquer de nouvelles formes de bruxellisation dans une Ville qui reste un chantier immobilier permanent, à la merci des pelleteuses et des appétits gargantuesques des promoteurs et constructeurs de m2», a-t-elle commenté, dans un communiqué.

+ LIRE AUSSI NOTRE INTERVIEW | «Avec la réforme du Cobat, la pâture bucolique en face de chez vous risque de se transformer en tour de 100 logements»

Une pétition pour le maintien

La réforme en gestation du Code Bruxellois de l’Aménagement du Territoire (COBAT) se prépare à connaître une évolution significative en matière de protection du patrimoine: le maintien sous condition plus stricte de l’avis contraignant de la Commission Royale des Monuments et des Sites.

Cet avis dit «conforme» est requis pour tout projet de construction, rénovation ou restauration impliquant, dans la capitale, des éléments de patrimoine protégés. Il avait été instauré au début des années ‘90 à Bruxelles après plusieurs décennies de démantèlement d’éléments de patrimoine sacrifiés sur l’autel de la spéculation immobilière.

L’annonce, par le quotidien Le Soir, du dépôt d’un amendement en faveur du maintien de l’avis conforme par le président de la commission de l’aménagement du Territoire du parlement bruxellois, Ridouane Chahid (PS), a été applaudie lundi par DéFI. Ce partenaire de majorité en Région bruxelloise qui avait tiré la sonnette d’alarme au sujet des intentions initiales affichées par le ministre-président Rudi Vervoort de remettre en cause le caractère incontournable de cet avis.

Machine arrière

Selon «Le Soir», le succès grandissant d’une pétition en faveur du maintien de cet avis conforme de la CRMS, semble avoir convaincu le PS de revenir sur cette intention. Ridouane Chahid déposera un projet d’amendement visant le maintien de celui-ci à la condition que l’avis soit soutenu par une majorité qualifiée des deux tiers des membres de ladite commission composée d’expert indépendants.

Chez DéFI, on a souligné lundi que les mandataires de la formation amarante avaient toujours porté haut la défense du patrimoine bruxellois. En 1993, le FDF, ancêtre de DéFI, avait soutenu une réforme de la protection du patrimoine qui avait créé la CRMS en Région bruxelloise et instauré son avis conforme.

DéFI a également rappelé que la réforme de l’avis conforme de la CRMS allait plus loin que l’accord gouvernemental.

Il a par ailleurs annoncé qu’il déposerait également auprès de ses partenaires de majorité, son propre amendement dans un objectif de «protection forte du patrimoine».

4200 signatures

Cette intention a été saluée par Ridouane Chahid, lequel a souligné que cette initiative partageait un objectif avec la sienne: mieux encadrer l’avis conforme de la CRMS.

Le président de la commission de l’Aménagement du territoire a ajouté que celle-ci procéderait mercredi matin à l’audition de représentants du collectif «Bruxelles ça nous regarde» à la base de la pétition en faveur du maintien du rôle de pivot de la CRMS en la matière. Selon Le Soir, cette pétition a jusqu’à présent recueilli plus de 4.200 signatures.