VAL DE DENDRE

VIDÉO | Accès nord de Pairi Daiza: nouvelle action des riverains

Devant le parc Pairi Daiza, les riverains ont exprimé leur grand scepticisme, pour ne pas dire leur opposition, au projet de nouvelle route entre le Parc et la N7.

Des riverains issus de plusieurs comités locaux ont mené une nouvelle action de sensibilisation en distribuant des tracts et des friandises aux visiteurs, samedi matin à Cambron-Casteau.

Le ministre wallon Maxime Prévot (cdH) se félicitait cette semaine d’un «accord» intervenu entre les trois communes concernées (Brugelette, Silly et Ath) à propos d’un tracé pour l’accès Nord à Pairi Daiza. Cette nouvelle voirie (dont le coût dépassera les 20 millions d’euros) était à l’origine conçue pour contourner le village de Gages, prisonnier des flux de véhicules depuis de nombreuses années. Mais il fut ensuite décidé de prolonger cette route et de l’envisager même jusqu’à l’A8. Le projet n’irait cependant pas jusqu’à cette E429, mais s’arrêterait à la N7, entre Ghislenghien et Bassilly.

Les riverains ne sont pas rassurés pour autant. Et ils ne sont pas favorables à telles dépenses des deniers publics. Ils plaident pour le contournement de Gages, mais sont opposés au prolongement de la route au-delà de la N523. Ils exigent aussi une étude globale de mobilité.


Manifestation contre la "Route Pairi Daiza" par lavenir-tournai

Étude de mobilité?

À ce propos, il faut rappeler que la députée régionale Véronique Waroux (cdH) a interrogé le ministre Carlo Di Antonio (cdH aussi).

«Il apparaît que les parcs zoologiques relèvent de la classe 2, contrairement aux parcs d’attractions, repris en classe 1» explique Véronique Waroux. «Or, les répercussions d’un point de vue environnemental, paysager, de mobilité,… sont identiques dans les deux cas. Selon cette classification plus favorable pour les parcs zoologiques, un parc comme celui de Pairi Daiza, à Brugelette, n’est pas tenu de financer et de faire procéder à une étude d’impact mobilité de ses activités, singulièrement lors de ses extensions successives. Vu les débats en cours sur les embarras de mobilité, et les répercussions sur la qualité de vie des riverains, suscité par les visiteurs du parc, la question d’une modification de cette réglementation semble à propos…»

Yvan Moreau: «L’itinéraire choisi est celui de l’intérêt général…»

Samedi matin, Yvan Moreau (administrateur délégué de Pairi Daiza) est allé à la rencontre des riverains. Mais la conversation a pris les allures de dialogue de sourds.

«Je comprends leur action car une nouvelle route crée beaucoup de questions, beaucoup d’émotion. Je suis venu pour les accueillir et avoir un dialogue, et leur expliquer que l’itinéraire qui a été choisi est celui qui défend le mieux l’intérêt général. Cette route est nécessaire. Pairi Daiza est la première attraction touristique de Belgique. Un tel parc zoologique n’est pas construit dans un zoning ou en bordure d’autoroute; le réseau routier entre l’A8 et la Parc n’a jamais été conçu pour absorber un trafic tel que celui du Parc. Les routes existantes sont bordées d’habitations; elles longent des villages et les traversent. Donc, cette route est nécessaire pour sortir le trafic de ces villages. L’itinéraire retenu ne passe pas à moins de deux cents mètres des habitations existantes. C’est vrai que cela va coûter plus cher que si on emprunte les routes existantes, y compris pour le Parc. Mais nous sommes convaincus que l’itinéraire choisi est celui qui défend le mieux l’intérêt général.»

Notons que Pairi Daiza va intervenir financièrement en rachetant les terrains nécessaires jusqu’à la N525.


Nos dernières videos