Sommet du G20 à Hambourg - La 9e symphonie de Beethoven pour les dirigeants sur fond de manifestations violentes

(Belga) Les chefs d'Etats et de gouvernement ont pu apprécier la 9e symphonie de Beethoven dans la nouvelle salle de concert Elbphiharmonie à Hambourg. La cité était encore prise d'assaut vendredi soir par les manifestants en marge de la seconde journée du sommet du G20.

La police a arrêté 100 participants à des manifestations jugées extrêmement violentes dans la ville du nord de l'Allemagne, et 196 agents ont été blessés. Des vitrines et voitures ont été endommagées par les manifestants, certains masqués, dans plusieurs quartiers, et des pillages ont été constatés. La police évoque une situation "très grave". Les forces de l'ordre étaient donc fortement mobilisées vendredi soir alors que les dirigeants étaient conviés par la chancelière allemande Angela Merkel à un gala dans la salle Philharmonie de l'Elbe. Elle a affirmé que la violence, dont font preuve les opposants au sommet, était "inaceptable". Ella a ajouté qu'elle comprennait les protestations pacifiques mais que celles qui se déroulent dans la violence "mettent en danger des vies". Au Elbphiharmonie , Angela Merkel a accueilli, avec son époux Joachim Sauer, les invités de marque, dont le président américain Donald Trump et son épouse Melania, sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner. Donald Trump est arrivé en dernier, une heure après les premiers convives, en raison de son entretien de deux heures avec le Russe Vladimir Poutine, si bien que le concert a débuté avec 35 minutes de retard. Le tapis rouge a également vu défiler entre autres les leaders argentin, Mauricio Macri, français Emmanuel Macron, canadien Justin Trudeau accompagnés de leurs épouses, ainsi que le président turc Recep Tayip Erdogan. Les présidents de la Commission européenne Jean-Claude Junker, du Conseil européen Donald Tusk et du Fond monétaire international Christine Lagarde faisaient également partie du public. Bien que des milliers de personnes aient cherché à se rapprocher du l'évènement, celui-ci a pu avoir lieu sans trop de perturbation. Plus tard dans la soirée, la police a tenté de déloger du quartier Schanzenviertel des milliers de manifestants, les agents tentant de pénétrer dans les buildings et se postant sur les toits alors que des hélicoptères avec des projecteurs circulaient au-dessus de la zone. Des véhicules armés ont tenté de percer les barricades érigées par les protestataires, et la police a eu recours à des tirs de gaz lacrymogène et aux canons à eau. Vendredi soir, une porte-parole pour un des groupes organisant les rassemblements a affirmé que les protestations étaient un succès. "Nous avons fait ce que nous avions annoncé: des milliers de gens ont pénétré dans la zone bleue", a affirmé Jana Schneider de Block-G20, citée par l'agence de presse allemande dpa. "Nous étions là où nous n'étions pas supposé être". Cette zone est hors limite et comprend le lieu de tenue de la conférence. Autour du Elbphilharmonie, la police a dénombré 6.000 manifestants tentant à pénétrer dans les zones décrétées sans rassemblement, dont au moins 1.000 portant des masques, ce qui est interdit en Allemagne durant les manifestations. En outre, un quinzaine de bateaux de l'ONG Greenpeace se sont approchés de la salle de concert, nouvellement rénovée, depuis le port. Une fois près des barricades, 200 activistes se sont jetés à l'eau et ont rapidement été encerclés par la police. Les forces de l'ordre annoncent aussi que 20 individus ont attaqué les gardes de sécurité de l'hôtel Park Hyatt. Quelque 850 officiers ont été envoyés en renfort par les autres 16 Etats fédéraux du pays. Samedi, 100.000 personnes sont attendues dans les rues de la ville portuaire pour manifester contre le sommet. (Belga)

Nos dernières videos