Résidence secondaire: un sacré budget

Résidence secondaire: un sacré budget

Entretien de l’habitation et du jardin, abonnements eau, électricité et gaz, assurances… ont aussi un coût. Friedberg – stock.adobe.com

Plutôt que de payer chaque année une location de vacances ou un séjour à l’hôtel, peut-être avez-vous déjà songé à acheter une seconde résidence? Mieux vaut bien se renseigner avant de se lancer.

La Côte belge, méditerranéenne ou bretonne vous fait de l’œil? Vous rêvez d’y avoir un pied à terre dans lequel vous pouvez vous rendre dès que vous avez quelques jours de congé? Mais avant d’envisager l’achat d’une résidence secondaire, il convient de s’intéresser de près aux charges que cela implique et à l’aspect financier, car celui-ci ne se limite pas au prix de l’acquisition. Loin de là.

Quel environnement?

Quand on recherche une maison de vacances, «le premier élément à prendre en compte est l’environnement, prévient David Zapico, directeur de l’agence immobilière Zapinvest, spécialisée dans les résidences secondaires en Espagne. Il faut observer tant la région que l’ambiance qu’on peut y trouver en novembre ou en février. C’est capital.»

Frais annexes

Une fois le choix effectué sur le lieu et le bien, on sort la calculette. Outre le prix d’achat, il faut aussi compter les droits d’enregistrement et frais de notaire et/ou d’avocat, qui varient d’un pays à l’autre, la TVA, les assurances, les éventuels travaux à prévoir… Sans oublier l’entretien. «C’est la raison pour laquelle nous avons développé des produits d’assistance, note l’agent immobilier. Que ce soit pour l’entretien du jardin et de la piscine, pour la réception de meubles, pour le nettoyage du logement en cas de location ou pour répondre à tout problème qui pourrait se produire, comme un dégât des eaux…»

Mais si vous ne passez pas par une agence, il vous faudra gérer vous-même tous ces aspects. Et penser aussi aux abonnements eau, gaz et électricité. Les frais de téléphonie peuvent aussi être plus élevés si la connexion est difficile dans la région et qu’il faut prévoir un appareillage spécifique. Enfin, une assurance habitation et incendie est indispensable, comme pour sa résidence principale.

Impôts et taxes

En Belgique, la seconde résidence, au même titre que l’habitation principale, est soumise au précompte immobilier, qui consiste en un pourcentage du revenu cadastral (RC) indexé, majoré par les centimes additionnels communaux et provinciaux. Toutefois, ce précompte ne peut pas bénéficier d’un abattement ou de réductions fiscales, comme peut l’être celui de la résidence principale. À cela s’ajoute l’impôt des personnes physiques (IPP). «Pour l’habitation principale, on est exonéré de l’IPP, précise Maître Sabrina Scarnà, avocate spécialisée en droit fiscal. Par contre, on le paie pour la seconde résidence, qu’on doit donc déclarer sur sa fiche d’impôts.»

À louer

Enfin, que la maison de vacances située en Belgique soit mise en location à certaines périodes de l’année ou non, rien ne change du point de vue de l’impôt. «La résidence secondaire est taxée sur le RC indexé, majoré de 40%, indique Sabrina Scarnà. Le loyer est donc le meilleur placement à faire.»

Nos dernières videos