SÉRIE DE L’ÉTÉ «UN PEOPLE DANS SA VILLE»

Jean-Philippe Darcis: «Je crois encore plus à Verviers qu’il y a 20 ans»

Jean-Philippe Darcis: «Je crois encore plus à Verviers qu’il y a 20 ans»

Jean-Philippe Darcis croit plus que jamais au potentiel de ville. Il vient d’ailleurs d’y ouvrir une nouvelle enseigne «Du pain, du levain» ÉdA – Jacques Duchateau

Jean-Philippe Darcis, ambassadeur du chocolat belge et pionnier du macaron, est fier de son ancrage à Verviers. Et ce n’est pas fini…

Pas de doute, Jean-Philippe Darcis, Hervien de naissance, est devenu un vrai Verviétois et très fier de l’être. S’il n’y en avait qu’un à croire encore en «sa» ville, ce serait lui assurément…

Depuis quand Jean-Philippe Darcis s’identifie-t-il à Verviers?

Depuis des années, depuis ma première implantation en 1996, je suis un défenseur de Verviers et j’y crois fermement! Je suis convaincu que Verviers va se relever. J’y crois encore plus qu’il y a 20 ans. Ça va se redynamiser, même s’il faudra encore au moins 10 ans. On ne relève pas un centre-ville comme ça.

Comment voyez-vous cette relance?

Après l’arrivée, enfin, du centre commercial au centre de Verviers, il y aura le potentiel de la vieille ville à développer, avec le patrimoine sympa du côté de St-Remacle. Une stratégie à long terme qui devra s’atteler à la mobilité, au parking…

Justement, le commerce verviétois, comment le percevez-vous?

Avec une partie des commerces qui est allée s’installer sur les hauteurs de Heusy, une autre partie qui a déserté le centre pour rejoindre Crescend’eau (à l’ancien outlet en périphérie) et d’autres qui n’ont pas renouvelé leur bail, c’est clair qu’il y a une sous-offre commerciale présente actuellement au centre-ville. Même s’il reste encore des commerces de qualité, de bon conseil…

Les Verviétois se plaignent souvent sur les réseaux sociaux, mais il faut y revenir, sous le soleil, le centre piétonnier de Verviers est super. Nous n’avons pas à rougir du cadre, c’est une Ville où on se sent bien, je n’ai pas l’impression ni le moindre souci d’insécurité à Verviers!

Avez-vous souffert de l’image de Verviers dans l’actualité internationale?

Alors que pour Verviers ce n’est déjà pas facile vu la paupérisation, l’affaire du terrorisme a un peu plus plombé l’image de Verviers. J’en ai souffert, pas au niveau de la clientèle, mais des stagiaires de l’étranger, de France particulièrement, interdits de venir à Verviers… Cela étant, tout le monde doit s’y mettre pour changer l’image de Verviers. Les Verviétois ne sont pas toujours assez fiers alors qu’ils se doivent de contribuer à l’image d’une ville chouette!

Allez-vous continuer à y contribuer?

Oui, je viens d’y ouvrir une nouvelle enseigne «Du pain, du levain», car il y en a dans tous les produits. J’ai créé mon levain naturel, je l’appelle… Jésus, car il est né le 25 décembre 2016 après une série de tests. Une enseigne pour corriger aussi ceux qui disaient: Darcis, c’est un pâtissier, pas un boulanger!

D’autres projets?

Je viens de racheter une vieille ligne de caramels à étirer et à emballer. C’est la Chocolaterie du Périgord qui arrêtait qui m’a contacté. Une machine de 2 tonnes assez rare, j’ai sauté sur l’occasion. Je veux faire une gamme de vrais caramels tendres. Il n’y en a plus dans la province de Liège, j’espère sortir mes premiers caramels pour les fêtes de fin d’année…

PORTRAIT | Son plus beau macaron, c’est d’être à vie «Ambassadeur du chocolat belge»!

Jean-Philippe Darcis: «Je crois encore plus à Verviers qu’il y a 20 ans»
ÉdA – Jacques Duchateau
La Belgique a peut-être perdu un grand cuisinier en la personne de Jean-Philippe Darcis. Pensez, quand, avec le paternel, le gamin qui avait 16 ans a discuté du choix scolaire, «on s’est dit qu’il me fallait un métier manuel», il y a eu hésitation entre cuisinier «car papa cuisinait bien» et boulanger-pâtissier. «Ce qui a fait un peu pencher la balance pour l’Institut des Commerces agro-alimentaires de Namur? Un ami était déjà à l’internat, c’était rassurant…» Merci l’ami!

Aujourd’hui, «Darcis» c’est 45 personnes, 10 magasins (3 à Verviers, 2 à Liège et Bruxelles, 1 à Namur, Nivelles, Charleroi) sans compter l’implantation rue au Beurre, entre Grand-Place et Bourse, où il fournit depuis 12 ans un… Japonais. S’y ajoutera ce dimanche à Bastogne une nouvelle ouverture, «Le Plaza» avec Thomas Meunier. «Un premier comptoir Darcis en province du Luxembourg avec macarons, pâtisseries, chocolats, je suis impatient de voir l’impact…»

Surtout que cet enfant du pays de Herve voit sa région de Verviers entre les deux plateaux de Herve et des Ardennes «un peu comme ma Normandie sans mer, avec de bons produits laitiers». Ceux qui enrichissent le terroir des créations de cet «Ambassadeur du Chocolat Belge», titre qui lui a été octroyé à vie en 2001, loin d’être le seul au palmarès de ce multi-médaillé international en pâtisserie, glace et chocolat. De quoi honorer les Lenôtre, Belouet, Wittamer, Richard… qui lui ont fait confiance lors de ses classes créatives. Et son plus beau ‘macaron’de sa déjà très longue carrière! «Métier fantastique» qui n’a pas fini de l’émerveiller: «Boulanger-pâtissier, on voit de suite le résultat, ça bouge tout le temps, ça évolue, les fêtes, les saisons… Magnifique!»

+ Découvrez notre série « Un people dans sa ville »


Nos dernières videos