CHARLEROI

Écolo demande la mise sous tutelle régionale de l’ISPPC

Écolo demande la mise sous tutelle régionale de l’ISPPC

BELGA

L’Intercommunale de Santé publique du Pays de Charleroi (ISPPC) doit être placée par le gouvernement wallon sous tutelle régionale dès ce vendredi, ses dirigeants n’étant «plus en capacité de mettre l’institution sur le droit chemin», a réclamé en matinée le député Jean-Marc Nollet, au nom d’Écolo Charleroi.

+ LIRE AUSSI |ISPPC : une plainte pour fraude sociale

«Il faut une mise sous tutelle immédiate et complète, c’est-à-dire non seulement de l’Espace Santé, mais aussi de l’ensemble des annexes» de l’intercommunale, a affirmé M. Nollet à l’agence Belga.

Cette semaine, un audit demandé par le gouvernement wallon a confirmé l’existence de «dysfonctionnements» portant sur les marchés publics, mais aussi sur la convention liant l’intercommunale à la société (SPRL) du directeur général des hôpitaux, le bourgmestre PS de Merbes-le-Château, Philippe Lejeune, actuellement suspendu de ses fonctions dans l’intercommunale.

Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), a mis en demeure le conseil d’administration de l’intercommunale d’appliquer les recommandations du rapport pour début septembre. Les conclusions de ces enquêtes et audits sont en outre transmises au parquet.

Mais ce jeudi, la RTBF a révélé qu’un dossier avait été ouvert la veille par l’auditorat du travail de Charleroi à propos d’une fraude à l’ONSS (sécurité sociale) de l’ISPPC, qui concernerait environ 85 emplois. Le président de l’ISPPC, le député wallon Nicolas Tzanetatos (MR), a lui-même porté plainte auprès de l’auditorat et réclame la dissolution de l’association visée («Chapitre 12»).

Pour Jean-Marc Nollet, cette accumulation de «scandales» démontre que «les dirigeants ne sont plus en capacité de mettre l’institution sur le droit chemin». Il pointe non seulement du doigt le directeur général, mais aussi le président du CA Nicolas Tzanetatos. Ce dernier «semble découvrir chacun des scandales au jour le jour, alors qu’il est président depuis 2013. Quel est l’état de ses connaissances? «, s’interroge Jean-Marc Nollet. L’ancien ministre wallon réclame du gouvernement régional «une mesure d’ordre dès aujourd’hui».