MAISON & JARDIN

SÉRIE D’ÉTÉ (1/7) | Aménagements: inventer sa cabane

Création unique et robuste, la cabane perchée à 4 m du sol fait les beaux jours de la famille Closon, à Vedrin.

Sitôt dit, sitôt fait! Par un beau dimanche matin, c’est en contemplant le grand sapin du fond de jardin que Denis Closon a eu envie d’une cabane perchée. Amusée, son épouse Agnès dessine sur un sachet de croissants le plan de la cahute. À peine trois week-ends plus tard, le rêve d’enfant était réalité: une confortable maisonnette aménagée pour les trois heureux enfants. Le résultat est si confortable que le petit dernier, 3 ans, se demande bien où la télévision sera installée!

Pour y accéder, il faut grimper à 4 m du sol, en transitant par le pont d’une balançoire.

On frappe à la porte d’entrée trouée d’un cœur et l’on pénètre dans ce duplex de 12 m2 qui nous entraîne hors du temps. Seuls voisins à l’horizon: les poules et le coq en contrebas.

Poupée ou pousse-café

Les aventures de la cabane ont débuté par une nuit d’inauguration en famille. Depuis, la cabane est objet de sensation pour tous les copains de l’école… mais aussi l’espace épatant pour prendre le pousse-café entre adultes sur la petite terrasse ensoleillée.

Au milieu du logis, l’épicéa et son large tronc diffusent une délicieuse odeur de résine. Depuis cinq ans, l’arbre grandit et commence à développer de légers bourrelets sur les poutres et cerclages de la cabane. Une union réussie, selon Denis. «Je réalise que cet épicéa fut un bon choix de support. C’est un arbre qui pousse droit. Il est déjà âgé et sa faible croissance ne devrait pas déformer la cabane. Et il ne semble pas avoir été blessé par les quelques boulons d’accroche

Été comme hiver, sa large ombrelle d’épines protège des pluies comme du soleil la cabane, faite de la même essence. Après les poupées, le repère pourra encore accueillir les soirées d’adolescents et des dîners raclettes en famille!

Nos dernières videos