LIÈGE

Portrait croisé chez RTC: Jacques Mertens passe le micro à Philippe Malburny

Portrait croisé chez RTC: Jacques Mertens passe le micro à Philippe Malburny

Passage de micro entre Jacques Mertens (à droite) et Philippe Malburny, réunis dans le joli cadre de la brasserie Sauvenière à Liège. EdA

Quarante ans que la télévision locale liégeoise RTC existe. Près de trente ans que Jacques Mertens en incarnait l’information à travers, entre autres, la présentation du JT. Mais aussi en tant que rédacteur en chef de la chaîne. Jacques vient de prendre sa retraite. Il passe le témoin, ou plutôt le micro, à Philippe Malburny. Portrait croisé.

Ce que Jacques Mertens pense de Philippe Malburny: «Intéressant et attachant»

«Je ne le connais pas très bien. Nous nous sommes croisés à quelques reprises. Compte tenu de ce que j’ai appris en un mois, un mois et demi, c’est quelqu’un de très professionnel, qui connaît bien la télévision. C’est aussi quelqu’un qui peut être très fort dans les rapports humains. Je l’ai senti pendant ce dernier mois... Pour lui, la personnalité des gens est importante. C’est quelqu’un de chaleureux, sensible... Si je devais résumer cet ensemble de qualités professionnelles et personnelles, je dirais que c’est quelqu’un de très intéressant et d’attachant.»

Ce que Philippe Malburny pense de Jacques Mertens: «Il n’y a pas de triche»

«J’ai toujours trouvé Jacques, dans l’exercice de la fonction de journaliste, pro et attentif. Ce sentiment a été renforcé par le mois et demi que nous venons de passer ensemble. Au fond, cela a confirmé ce que j’en connaissais de l’extérieur. Et j’ai adoré cette transition qui s’est déroulée de manière très soft... Je me suis aussi aperçu que Jacques faisait l’unanimité parmi ses collègues. C’est quelqu’un de respecté et de respectueux des autres. Quel bonheur de se passer le témoin dans ces conditions-là! Après, il y a la personne publique. Ce côté chaleureux qu’il apportait dans le JT. L’impression d’avoir quelqu’un de bienveillant... Hé bien, il n’y a pas de triche. Jacques est comme ça.»

Les conseils de Jacques Mertens à Philippe Malburny: «Écoute, plaisir, humilité et patience»

«C’est toujours un peu présomptueux de donner des conseils car cela se base sur son expérience. Je pense qu’il faut avant tout être à l’écoute des gens avec qui on travaille. Je pense également qu’il y a une notion fondamentale de plaisir dans le travail. Il faut essayer de la communiquer. Nous avons peu de moyens donc il faut les optimiser. Pour cela, prendre du plaisir en travaillant et le transmettre à l’équipe est essentiel. Il faut aussi pouvoir modérer ses ambitions... Je suis tenté de dire qu’il faut parfois se calmer. Nous avons envie de faire beaucoup de choses et ce n’est pas toujours possible, faute de moyens. Il faut enfin une bonne dose de patience. Il m’est arrivé d’être frustré par rapport à certaines situations.»

La question de Philippe Malburny à Jacques Mertens: «De quoi es-tu le plus fier?»

«D’un point de vue professionnel, c’est difficile à dire... Les soirées électorales, peut-être. C’est quelque chose auquel je tenais beaucoup... C’était un rêve et nous avons lancé ça en 2006. Avec les résultats, les débats... C’est très épanouissant. Nous sommes dans l’actualité, nous sommes regardés. Les équipes étaient très motivées. Nous faisions environ sept heures d’antenne... et j’en suis très fier! De nouveau, on travaillait beaucoup tout en prenant du plaisir.»

La question de Jacques Mertens à Philippe Malburny: «Quel est le projet dans les mois qui viennent qui te tient le plus à coeur?»

«Évidemment la refonte du JT où on aurait une vraie interactivité avec les membres de l’équipe. Car il y a une vraie équipe composée de gens avec de l’envie, de l’humour, de la motivation... Depuis un mois et demi, je revis. Refaire refondre le JT avec cette équipe-là et proposer quelque chose d’innovant est le sujet qui m’excite terriblement! Et ça m’intéressera d’avoir l’avis de l’ancien rédacteur en chef de l’information.»

 

Aux origines de leur passion pour la presse locale

Jacques Mertens et la proximité

«Je n’ai jamais rêvé de travailler pour un média national, international... J’ai commencé à travailler pour une autre télévision locale. Quand on aime sa ville, sa région, ça fait plaisir d’en parler. Je me sens vraiment bien ici à Liège. Nous avons un retour permanent des téléspectateurs puisque nous les côtoyons quotidiennement. La proximité n’est pas un mot inventé. Il y a quelque chose qui vit et nous n’avons pas l’impression de parler dans le vide. Il y a cette proximité avec les gens... Et puis, à Liège et dans la région, nous sommes gâtés en termes d’actualité. Il y a une activité foisonnante.»

Philippe Malburny et le plaisir d’être

«C’est plutôt une découverte, l’information locale. Avant cela, je travaillais pour «C’est du Belge» (RTBF) où on faisait du national et de l’international. Mais quand la proposition m’a été formulée, et quand j’ai accepté de proposer ma candidature, j’ai senti que c’était le bon moment, que j’en avais envie. D’autant plus que Liège a beaucoup changé ces dernières années. Quand tu reviens ici après avoir sillonné le monde, tu te dis que c’est une ville extraordinaire. Il y a ici un plaisir d’être qui est incroyable!»

 


Nos dernières videos