TERRORISME

Six perquisitions à Anderlecht, des armes trouvées et quatre personnes interpellées

Six perquisitions ont été menées à Anderlecht durant la nuit de mardi à mercredi dans le cadre d’un dossier de terrorisme. Plusieurs armes ont été retrouvées.

Dans le cadre d’un dossier de terrorisme du parquet fédéral, la police judiciaire fédérale de Bruxelles a mené six perquisitions à Anderlecht dans la nuit de mardi à mercredi.

Plusieurs armes ont été trouvées lors d’une d’entre elles et quatre personnes ont été emmenées pour audition, a indiqué mercredi le parquet fédéral.

Le juge d’instruction décidera dans le courant de la journée de l’éventuel maintien en détention des personnes interpellées. Dans l’intérêt de l’enquête, aucun autre renseignement ou précision supplémentaire ne sera donné.

Kalachnikovs, munitions et gilets pare-balles

Selon la RTBF, des kalachnikovs, des munitions et des gilets pare-balles ont été retrouvés lors d’une des six perquisitions. Les personnes interpellées feraient en outre partie de l’entourage des Kamikaze Riders, un groupe de motards dont deux de ses membres, Saïd Saouti et Mohamed Karay, ont été condamnés en octobre 2016 à trois et six ans de prison pour participation aux activités d’un groupe terroriste.

Saïd Saouti et Mohamed Karay ont été interpellés le 27 décembre 2015 à leur domicile à Anderlecht. Les deux hommes appartenaient au club de moto, dont plusieurs membres ont des liens avec le groupuscule islamiste Sharia4Belgium via les frères Elouassaki, une famille de combattants en Syrie originaire de Vilvorde. Abdelouafi Elouassaki, l’aîné de cette fratrie, est décédé en mai 2013 lors d’un accident de la circulation.

Le parquet fédéral avait estimé à l’époque qu’il existait des indices sérieux que Saouti et Karay planifiaient des attentats «à l’instar de ceux de Paris». Les cibles visées étaient la Grand-Place de Bruxelles, le commissariat central de Bruxelles rue du Marché au Charbon, ainsi que des policiers et militaires en uniforme se trouvant dans l’agglomération bruxelloise.

Au fil de l’enquête, le parquet fédéral n’avait toutefois pas pu étayer ses soupçons concernant la planification d’attentats dont ils étaient soupçonnés.

Deux frères de Saïd Saouti ont été récemment repérés par la cellule anti-terrorisme de la PJF de Bruxelles. Les deux hommes semblaient radicalisés et l’enquête aurait déterminé qu’ils planifiaient un attentat avec d’autres suspects. On ignore encore où et quand devait se produire cet attentat, et il est possible qu’une cible concrète n’avait pas encore été déterminée.

L’information semblait néanmoins suffisante pour que les enquêteurs passent à l’action dans la nuit de mardi à mercredi. La PJF et les unités spéciales de la police fédérale ont perquisitionné quatre habitations et deux boxes de garage à Anderlecht. Outre les frères Saouti, deux autres suspects ont été interpellés lors de ces actions.

Les armes manquantes du 22 mars ?

Plusieurs médias ont suggéré que les armes trouvées au cours des perquisitions appartenaient à la cellule terroriste responsable des attentats de Paris et de Bruxelles mais des sources proches du dossier démentent ces informations. «Nous ne pouvons pas complètement l’exclure mais la possibilité qu’il s’agisse bien de ces armes est très faible», ont-elles indiqué. Le parquet fédéral a quant à lui précisé que ce dossier était, du moins pour le moment, totalement distinct des dossiers concernant les attentats de Paris du 13 novembre 2015, de Bruxelles du 22 mars 2016 ou de la gare centrale de Bruxelles du 21 juin 2017.

BFMTV a pour sa part précisé sur son site qu’un homme avait été interpellé mercredi lors d’une opération anti-terroriste dans le nord de la France dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte conjointement par la justice française et belge.

L’opération, qui aurait été coordonnée avec les perquisitions effectuées à Anderlecht, a été menée au domicile du suspect, à Faches-Thumesnil, dans la banlieue sud de Lille.

L’homme interpellé est suspecté d’avoir projeté un «projet d’action violente» en France ou en Belgique et était en relation avec un membre des Kamikaze Riders. Le parquet fédéral n’a pas encore réagi à ces informations.

Auto start Auto next Pub delayed Admin name :


Nos dernières videos