LIÈGE

Grève chez EDF Luminus pour protester contre le licenciement de 14 personnes

14 personnes ont été licenciées la semaine dernière chez EDF Luminus sans aucune concertation sociale. Les syndicats dénoncent le caractère brutal de l’annonce. Le personnel de Seraing et du site administratif de l’îlot Saint-Michel de Liège, est en grève.

Le personnel de la centrale EDF Luminus de Seraing et du site administratif de l’îlot Saint-Michel de Liège, est en grève ce mercredi, annonce le syndicat chrétien (CSC) dans un communiqué. Les travailleurs entendent protester contre le licenciement collectif de 14 personnes survenu la semaine dernière, et qui n’avait fait l’objet d’aucune concertation sociale. La direction reste sur ses positions et affirme avoir respecté la loi.

Jeudi dernier, la filiale belge du fournisseur énergétique EDF a licencié 14 collaborateurs des services informatiques et de vente. L’entreprise justifiait cette restructuration par un contexte sectoriel «sous pression» et estimait avoir «pris ses responsabilités» afin de se maintenir, avec ses 900 travailleurs, à flot.

Reste que les instances syndicales – en Belgique, mais aussi en France – ne digèrent pas le caractère «brutal» de ces licenciements. Elles ont désormais mis en place un plan d’action, qui implique ce mercredi des grèves à la centrale de Seraing et à l’îlot Saint-Michel de Liège.

«EDF Luminus court-circuite la concertation sociale. Par son initiative, cette entreprise s’assied sur les règles élémentaires et le respect des instances de concertation. Et, à ce jour, sans aucun rappel à l’ordre de la fédération patronale du secteur», dénonce la CSC. «Par son acte délibéré, sans respecter les règles en vigueur dans le secteur, EDF Luminus a entraîné le gel des négociations sectorielles. Pour la CNE (centrale de la CSC pour les employés, NDLR), il n’y a plus d’obligation pour les travailleurs de respecter ces mêmes règles.»

L’action se poursuivra en région liégeoise dans l’attente «d’un geste de la direction», à savoir une suspension des 14 préavis et un engagement à respecter désormais les règles en vigueur dans la commission paritaire concernée, notamment en termes de mobilité. L’administrateur délégué de Luminus, Grégoire Dallemagne, étant également le président de la Fédération belge des producteurs et des fournisseurs d’énergie (Febeg), les syndicats préviennent qu’en l’absence de concertation, les actions s’étendront au secteur.

«

Nous estimons avoir respecté l’esprit de cet accord

»

EDF Luminus n’a pas l’intention de céder sous les actions. «Nous pensons que les circonstances ont justifié cette décision et que nous avons respecté la loi», indique une porte-parole. Quand les syndicats accusent l’entreprise de ne pas respecter la convention en vigueur dans le secteur, «ils se réfèrent à un accord de 1962 alors que la situation n’est plus du tout la même».

«Nous estimons avoir respecté l’esprit de cet accord» qui concerne entre autres la mobilité interne, poursuit la porte-parole. «Si nous avions pu réaffecter les personnes licenciées dans la société, nous l’aurions fait.»

L’entreprise affirme avoir analysé les 14 profils et qu’aucun ne correspondait au besoin d’EDF Luminus. Désormais, elle continue les entretiens individuels avec les 14 personnes concernées, au cours desquels leur sont proposés des programmes d’outplacement.


Nos dernières videos