AGRICULTURE

Accident mortel de Beauraing: les vaches sont majoritairement écornées

Accident mortel de Beauraing: les vaches sont majoritairement écornées

L’écornage présente plusieurs avantages: la sécurité de l’éleveur et du troupeau. Ainsi qu’un accès plus facile à l’alimentation. ÉdA – 302070234540

L’accident mortel, causé par l’encornage d’une habitante de Beauraing, est assez exceptionnel. La plupart des bovins d’élevage sont écornés.

D’un coup de tête, un bovin peut vous éjecter à plusieurs mètres. L’accident qui s’est produit mardi à Beauraing rappelle combien la gestion d’un troupeau de bétail peut s’avérer dangereuse. Alors qu’elle donnait un coup de main pour rassembler des bêtes qui se trouvaient sur la voie publique, une dame a été encornée par une vache et est décédée sur place des suites de ses blessures.

Dans la majorité des troupeaux, les agriculteurs écornent leurs animaux. Il en va de leur sécurité mais aussi du bien-être de l’animal. Dans les troupeaux de Blanc Bleu et de vaches laitières, la majorité des animaux est dépourvue de cornes. L’écornage est généralement pratiqué au plus jeune âge, vers 4 semaines. L’écornage «chimique» est désormais interdit et toute intervention doit être réalisée sous anesthésie locale. «Le fermier peut encore couper les cornes, confirme Michel Fisenne, vétérinaire. Mais l’anesthésie est effectuée par le vétérinaire.»

L’opération prend quelques secondes au moyen d’un écorneur thermique qui agit par cautérisation. L’alimentation de la corne est régulée par des veines à la base de celle-ci. C’est cette alimentation qui est coupée lors de l’écornage. Lorsque les bêtes sont plus âgées, les cornes peuvent toujours être coupées mais elle continue à repousser.

Si on a compris que l’écornage était essentiel à la sécurité de l’éleveur, c’est aussi le cas pour le troupeau. «Il y a une hiérarchie entre les animaux quand on met des bêtes ensemble. Et cela se passe par des bagarres entre eux.» Des combats violents qui peuvent entraîner de larges plaies dans le cuir de l’animal.

Le danger est surtout présent lorsque les bêtes sont rentrées et placées en stabulation. L’espace vital est restreint et des coups de cornes peuvent se perdre. «Les seules fois où je vais recoudre des bêtes qui se sont battues, c’est parce qu’elles avaient des cornes.» L’écornage permet aussi aux animaux d’accéder plus facilement à l’alimentation puisque le passage au travers des cornadis est facilité.

Jetez donc un œil dans les prairies, vous constaterez que la majorité des animaux ne disposent plus de cornes. Ce n’est donc pas une évolution génétique, c’est lié à l’intervention de l’homme. Pour se protéger et protéger son troupeau.


Nos dernières videos