Huy: l’ancien cinéma rasé pour du commerce et des logements

Huy: l’ancien cinéma rasé pour du commerce et des logements

Du côté de l’avenue des Ardennes, la façade sera largement vitrée. Prologe

Un projet de deux commerces et douze appartements à la place de l’ancien cinéma «Avenue» est à l’enquête publique jusqu’à vendredi.

Cela fait plus de 20 ans qu’il ne se raconte plus d’histoires au cinéma «Avenue». Mais la société immobilière wanzoise Prologe voudrait bien écrire une nouvelle page de la saga. Son idée? Raser le bâtiment existant («à cheval» sur la rue des Rôtisseurs et l’avenue des Ardennes) et y construire à la place un immeuble qui abriterait deux surfaces commerciales et douze appartements (lire en détail ci-dessous). Le promoteur aurait aimé trouver un accord avec le propriétaire de l’ancien café «Jamais 203» pour éviter de devoir «tourner» son projet autour du bâtiment de l’établissement horeca mais les tractations n’ont pas abouti. «Quant au petit passage entre la rue des Fouarges et la grande percée, il restera propriété de la Ville et donc accessible», indique l’échevin de l’Urbanisme, Joseph George.

Une demande de permis d’urbanisme a été déposée à la Ville et l’enquête publique, lancée fin du mois de juin, se clôturera ce vendredi 7 juillet. «Elle vise les quelques dérogations au plan communal d’aménagement, un plan qui date des années 1970», indique l’échevin. Ces dérogations concernent le gabarit (la hauteur du nouveau bâtiment est légèrement supérieure à ce qui est autorisé), une toiture plate à l’arrière (plutôt que des toits versants), le choix du bardage des pignons en Eternit et enfin des places de parking moins nombreuses que ce qui est imposé. «Ces dérogations ont toutes été justifiées par le promoteur et n’ont, a priori, rien d’anormal ou d’inquiétant», note encore Joseph George. Qui insiste néanmoins sur le fait que, à la Ville, le projet n’est encore qu’au stade de l’analyse. «Le collège ne se prononcera qu’au terme de l’enquête publique. Je ne me prononce donc pas sur le fond. Mais soulignons que ce projet permet de recréer une continuité sur la grande percée, de cicatriser l’endroit.»

Si le dossier est validé par la Ville, il devra ensuite l’être aussi par la Région wallonne. Kadour Mokeddem, le patron de Prologe, espère en tout cas pouvoir entamer la construction du bâtiment cette année, plus de huit ans après l’acquisition de l’ancien cinéma par sa société.


Nos dernières videos