Enjeux, présentation des listes...

VAL DE DENDRE

Route Pairi Daiza: action des riverains

Oui au contournement de Gages, mais non à une (nouvelle) route complète jusqu’à l’A8. Des riverains ont mené une action de sensibilisation.

De riverains issus de plusieurs villages au nord de Pairi Daiza ont mené une action de sensibilisation à la sortie de l’autoroute A8 (E429) à Ghislenghien ce samedi avant-midi. Sans bloquer le trafic, ils ont pacifiquement distribué des tracts aux usagers de la route, parmi lesquels des visiteurs du parc zoologique de Cambron-Casteau.

Ces riverains sont favorables à une route de contournement du village de Gages, mais sont hostiles à la construction d’une nouvelle voirie complète en site neuf jusqu’à l’autoroute A8, au nord de Ghislenghien et Hellebecq.

Depuis de longues années, les habitants de Gages (entité de Brugelette, à deux pas de Pairi Daiza), se plaignent des nuisances très importantes causées par le trafic en direction et en provenance du parc.

Au début de cette année, à la fin du mois de janvier, une «task force» réunie au sein du cabinet du ministre wallon Maxime Prévot a donné son aval pour un projet de contournement routier du village de Gages, à l’ouest de celui-ci. Il était «décidé» de tracer cette route jusqu’à la N523 puis jusqu’à la N525, au sud de Ghislenghien (non loin de la ligne TGV).

Une étude était commandée afin d’analyser la suite du tracé jusqu’à l’autoroute A8, avec plusieurs alternatives possibles: à l’ouest ou à l’est du village de Ghislenghien, ou encore selon des voiries existantes.

Mais au fil des semaines et des mois, les riverains de plusieurs entités (Brugelette, Silly, Ath) se sont progressivement mobilisés afin de s’opposer à la construction en site propre d’une nouvelle voirie complète entre Pairi Daiza et l’A8.

C’est ainsi que plusieurs comités créés dans des villages (Ghislenghien & Hellebecq, Gibecq, etc.) veulent faire entendre leur voix.


Projet de route vers Pairi Daiza : action des... par lavenir-tournai

Au-delà d’une opposition à un projet qui nécessiterait une enveloppe comprise entre 20 et 30 millions€, ils réclament des pouvoirs locaux et de la Région wallonne une information complète et une consultation.

Pour l’instant, la Région wallonne observe un bruyant silence, après avoir pourtant communiqué à la fin du mois de janvier, à propos de «l’accord» (provisoire) sur un premier tronçon.

La Région souhaiterait que les trois communes principalement impactées (Brugelette, Silly, Ath) s’accordent sur une solution ou un tracé, ce qu’elles semblent incapables de faire. Une nouvelle réunion devrait avoir lieu ce lundi à Namur avec les acteurs locaux concernés.