MONS

Mons: la place de la gare restera interdite aux voitures

Depuis le début du mois, des affiches fleurissent sur les vitrines de commerces pour rétablir l'accès de la rue des Capucins depuis le ring via la place Léopold. Mais leur revendication ne sera pas satisfaite, pour raisons de sécurité plaide le TEC.

Depuis le début du mois, des affichettes jaunes ont fleuri sur les vitrines des magasins situés dans le quartier des Capucins à Mons. On peut y lire : "Ras-le-bol : la ville se meurt. Rétablissons l’accès par la gare".

Auparavant, la rue des Capucins était un des axes principaux pour rentrer dans la ville de Mons: on sortait du ring, on débouchait sur la place Léopold devant la gare que l’on traversait et on s’engageait dans la rue des Capucins.

Mais depuis 2011, ce n’est plus le cas : la rue des Capucins a perdu son accès direct au ring après sa rénovation et celle de la place Léopold, qui est devenue à usage exclusif des bus TEC. Les voitures ne peuvent traverser la place qu’à partir de 18h30 en semaine, dans un sens uniquement, et pas celui qui arrangerait les commerçants. L’interdiction aux voitures a aussi eu pour effet de couper la ville en deux, et de rendre la circulation intramuros en voiture aussi compliquée qu’un casse-tête chinois.

Conséquence : la rue qui était une artère principale de la ville s’est vidée de son trafic automobile, selon certains commerçants du quartier, qui le temps passant boivent un peu plus le bouillon chaque année. «Des clients font trois fois le tour du ring ou vont se perdre à Cuesmes», peste une commerçante, propriétaire d’une enseigne de vêtements bien connue à Mons. Selon une autre commerçante, la fréquentation de son commerce a connu une baisse progressive de 50% depuis ce nouveau schéma de circulation.

La rue des Capucins qui fut un fleuron du commerce montois est aujourd’hui surnommée par certains "La rue des volets fermés». Elle fait plus parler d’elle pour ses faits divers et trafics de drogue que pour sa vitalité commerciale, d’où ses affiches en forme de cri de détresse et de ras-le-bol.

Selon les commerçants, rétablir l’accès aux voitures leur donnerait peut-être un bol d’air (financier) et éloignerait les délinquants. «On fait des autoroutes et des bretelles pour aller aux Grands Prés, et nous on nous coupe notre accès», s'énerve encore notre vendeuse de vêtements.

Veto du TEC

La question s’est invitée au dernier conseil communal montois, où le conseiller d’opposition MR Georges-Louis Bouchez s'est voulu porte-parole des commerçants. Qui n’obtiendront pas entière satisfaction…

Car l’interdiction de la place Léopold aux véhicules est coulée dans le marbre du permis unique d’aménagement de la place. Pour que les voitures puissent à nouveau circuler sur cette place, il faudrait changer ce permis, une fois les travaux de la gare terminés…Et ce n’est pas du tout à l’ordre du jour.

La Ville de Mons indique avoir pris de nombreux contacts avec le TEC Hainaut suite aux demandes exprimées par des commerçants, des chalands et des citoyens résidant dans le bas de la ville, mais la réouverture n’est pas envisagée. «Les responsables du TEC Hainaut sont totalement opposés à permettre le passage à des véhicules en bordure de la place. Et ce, pour des raisons de sécurité. Le nombre de bus est beaucoup trop élevé pour qu'ils croisent des véhicules sans risque d'accident.»

Mais pour tenter de reconnecter les deux parties de la ville, un arrêté de police sera pris début juillet afin de permettre, à titre expérimental, la reconnexion des deux parties de la ville. le sens de circulation des 3 rues suivantes sera inversé: la Rue des Sœurs grises, la Rue des Cinq visages et la Rue de la Grosse Pomme.

Ces modifications seront réalisées durant l’été afin de tester le dispositif durant les vacances scolaires. De quoi atténuer les difficultés descommerçants?