BRUXELLES

Tentative d’assassinat terroriste à Bruxelles-Central: l’auteur est O.Z., un Marocain de 36 ans

Eric Van der Sypt a donné des précisions sur la personnalité de l’auteur des faits, sans révéler son identité complète.BELGA

On en sait plus sur l’auteur de l’acte terroriste commis mardi soir à la gare de Bruxelles-Central. Voici les dernières informations du parquet fédéral, communiquées en fin de matinée.

 

Le terroriste voulait causer énormément de dégâts 

Le terroriste qui a tenté de faire exploser une bombe mardi soir à la Gare centrale à Bruxelles ne portait pas de ceinture explosive. C’est ce qu’a confirmé le Parquet fédéral lors d’un point presse ce mercredi à 11 h. Sans rentrer dans les détails des premiers éléments d’enquête, le porte-parole du Parquet, Éric Van der Sypt, a précisé le déroulement des événements qui ont abouti à la neutralisation du terroriste.

Qui est-il tout d’abord? Il s’agit d’un Marocain né le 20 janvier 1981. Son identité? Seules ses initiales – O.Z.– ont été communiquées. L’individu résidait à Molenbeek et n’était pas connu des autorités judiciaires pour des faits en relation avec le terrorisme. Fort logiquement, des perquisitions ont été menées durant la nuit de mardi à mercredi à son domicile. Cela a-t-il permis de mettre à jour de nouveaux éléments, des personnes ont-elles été privées de liberté? Le Parquet s’est limité à un «no comment». Une réponse brève qui a coupé court aux questions des nombreux médias présents ce mercredi matin.

Ce qui est sûr, c’est que O.Z. était déterminé à blesser et tuer un grand nombre de personnes lorsqu’il a pénétré dans la Gare centrale à 20h39. «Il est passé par la salle des guichets, puis est descendu en direction des voyageurs qui se trouvaient au pied des escaliers.» Un attentat en soirée alors que la gare est une véritable fourmilière sur le coup de 17h, cela peut paraître étrange. Mais le Parquet confirme qu’il y avait encore assez bien de voyageurs à ce moment.

L’individu, qui tirait une valise, s’est détaché de ce groupe de voyageurs. Peut-être à la recherche d’un groupe plus important? Mais finalement, il revient vers eux à 20h44. «Il a saisi sa valise en criant et en provoquant une explosion partielle». Mais sans faire la moindre victime. La valise s’est embrasée, il l’a abandonnée et est descendu vers le quai à la poursuite d’un chef de gare. Entre-temps, le sac a explosé une seconde fois «de façon plus violente». Mais toujours sans faire de victimes alors que des clous et des bonbonnes de gaz avaient été rassemblés autour de la charge explosive. «Il voulait causer plus de dégâts», confirme le Parquet. Quelle est la nature de l’explosif? S’agit-il du traditionnel TATP généralement utilisé par les terroristes ayant fait allégeance à l’État islamique, le Parquet n’a pas commenté.

Après ces deux explosions sans conséquences matérielle et physique, dans un probable geste de désespoir, l’individu est remonté dans le hall où il s’est précipité vers un militaire en criant «Allah ouakbar». Le militaire a ouvert le feu à plusieurs reprises et O.Z. est ensuite décédé de ses blessures. Il s’est précipité vers le militaire alors qu’il ne portait pas d’arme ni de ceinture explosive.

Le communiqué en intégralité

 

 

Relisez notre direct