Une alimentation de qualité pour tous (Brabant wallon)

VIDEO | Une alimentation tournée vers plus de justice sociale

Courchouette, c’est un projet conçu par des jeunes, qui favorise l’accès à l’alimentation saine et de qualité chez les personnes défavorisées.

Acheter des produits biologiques, locaux et de qualité, cela coûte cher. Qui plus est, ces produits ne sont pas forcément accessibles aux classes sociales les plus défavorisées. C’est ce constat qui a donné l’envie à un groupe de dix jeunes garçons majoritairement brabançons, âgés de 17 à 18 ans, d’élaborer le projet Courchouette.

«

La solidarité est une démarche visant à obtenir plus de justice sociale au sein d'un groupe d'individus.

»

«Le déclic s’est fait lorsqu’un magasin bio près de chez moi a lancé une campagne de publicité autour de la justice. Le slogan était: “Pour un quotidien plus juste”. Cela m’a interpellé, car vendre des produits de bonne qualité à un prix élevé, ce n’est pas nécessairement juste», explique Antoine Van Kerckhove, fondateur de l’ASBL Courchouette.

Alors, comment rendre une alimentation de qualité accessible au plus grand nombre? Les porteurs du projet ont confié gratuitement des pousses de courge à 130 particuliers. Actuellement, ceux-ci ont pour mission de prendre soin des différentes variétés de potirons et de faire parvenir les légumes à maturité. V

ers fin septembre, début octobre, les légumes seront ensuite récupérés par Courchouette et distribués aux structures sociales de la commune du producteur pour permettre aux personnes démunies de s’alimenter sainement.

«Nous offrirons notamment des légumes à l’ASBL Un Toit Un Cœur, à Louvain-la-Neuve, pour sa distribution de repas, à l’épicerie sociale l’Épi’Centre, active sur les communes de Chastre, Walhain et Mont-Saint-Guibert ou encore à l’épicerie sociale de la Croix-Rouge à Court-Saint-Étienne qui distribuera les légumes à ses affiliés», indiquent les porteurs du projet.

Quant aux particuliers, en échange du service qu’ils rendent, un quart de la production leur est destiné.

Créer des ponts

Cette initiative est ainsi l’occasion, pour ceux qui n’ont pas spécialement la main verte, de se familiariser avec la terre. Elle permet aussi de sensibiliser les citoyens au circuit court. Mais, en créant ce projet, la volonté première des membres de Courchouette était avant tout d’inclure différentes classes sociales de la société pour les rassembler autour de l’alimentation.

«Nous espérons créer des ponts entre les acteurs. À plus long terme, nous aimerions que le processus que nous avons mis en place se fasse naturellement, sans qu’on ne doive intervenir, s’enthousiasme Antoine Van Kerckhove.

" Que les participants et les personnes qui reçoivent les courges s’apprivoisent le projet. Ce serait super qu’un particulier, une fois qu’il a récolté les légumes, aille les déposer spontanément dans une épicerie sociale.»

 

Le portrait d'Antoine Van Kerckhove

Age : 17 ans

Fonction : Fondateur et coordinateur du projet

La jeunesse est-elle désengagée ? En tout cas, ce n’est pas cette image que renvoie Antoine Van Kerckhove, actuellement en sixième secondaire au collège Notre-Dame de Basse-Wavre. À 17 ans, ce jeune habitant de Nil-Saint-Vincent, en Brabant wallon, est on ne peut plus engagé. Il ne cache pas que la lecture des bouquins d’Albert Camus et de Jean-Paul Sartre a créé en lui une hyper-responsabilisation. Conséquence : il a décidé d’agir à son échelle et de s’impliquer dans un projet par désir de justice sociale. En septembre, il rentrera à l’université pour étudier le droit. Un choix d’études qui n’est sans doute pas anodin.