Centre Zoé’Vie à Lanaye-Visé

VIDEO | Un retour aux sources pour toutes les générations

Après la création d’un potager, les membres de l’association «Les Z’amis de Zoé» souhaitent proposer aux jeunes différentes activités de sensibilisation en lien avec l’alimentation, la santé et l’environnement.

Tous les dimanches matin, les bénévoles de l’association de fait «Les Z’amis de Zoé» se rassemblent et travaillent ensemble au sein de leur potager établi à Lanaye (Visé), dans la province de Liège. Sur un terrain d’environ 2 200 m2, jeunes et adultes cultivent des salades, poireaux, carottes, épinards, tomates, poivrons, oignons ou encore des fraises grâce au principe de la permaculture. Sur le terrain, il n’y a ni eau ni électricité. Ils se débrouillent donc avec les moyens du bord.

 

«Avant, c’était une prairie qui n’avait jamais été cultivée. Depuis que nous avons commencé le potager, nous n’avons mis aucun engrais et tout pousse, se réjouit le président de l’association, Serge Embrechts. Nous adoptons le principe de la permaculture, ce qui veut dire que nous essayons d’avoir le plus possible de diversité dans ce que nous plantons. Ici, tout est fait à la main. On retravaille la terre comme les vieux le faisaient dans le temps.»

«

La solidarité? Assurer tous ensemble un avenir heureux aux générations futures.

»

Un site didactique

Ce groupe d’amis, composé d’une vingtaine de bénévoles, s’est lancé dans la création du potager en octobre dernier. C’est après avoir vu le film Demain que cette idée leur a traversé l’esprit. Mais pas seulement… « Nous avons perdu notre amie Zoé des suites d’un cancer. Pendant sa maladie, nous l’avons beaucoup soutenue. Après son décès, le groupe est resté soudé et une dynamique s’est créée, en participant notamment au Relais pour la Vie de Visé et en mettant en place un potager», détaille Aline Hilgers.

La santé, l’environnement et l’énergie sont pour eux des thématiques lourdes de sens. En effet, outre le potager favorisant une économie durable et solidaire, les membres de l’association ont d’autres ambitions futures. À terme, ils ont le projet de créer un site multi-activités, baptisé Centre Zoé’Vie, intégrant des synergies entre ces trois concepts. Des ateliers didactiques autour du potager destinés aux écoles de l’entité et aux mouvements de jeunesse de la région (jardinage, recyclage, hôtel à insectes, nichoir), le développement d’un éco-rucher, la construction d’une micro-éolienne didactique, la mise en place d’un poulailler, des ateliers cuisine, la création d’un verger… Voilà quelques activités que les bénévoles souhaitent proposer aux jeunes générations. «Évidemment, tout ça dépendra de nos finances car nous fonctionnons de façon autonome, sans aucun subside. Nous avons uniquement reçu un chèque de 1 500€ en remportant le prix de la Citoyenneté décerné par la Ville de Visé. Mais cet argent, nous l’avons déjà dépensé dans l’achat d’un container pour stocker notre matériel», précise Serge Embrechts.

L’échange intergénérationnel

Au sein du projet Centre Zoé’Vie, la jeunesse n’est certainement pas oubliée. Bien au contraire, elle participe activement au potager. Ici, trois générations, à savoir les jeunes, les adultes et les retraités, s’impliquent de façon citoyenne. «Nous n’avons plus envie de manger ce qu’on nous sert à longueur de journée. Ouvrir les yeux des jeunes générations, c’est primordial», explique Aline Hilgers. Ainsi, enfants et adolescents apprennent à cultiver sur base des conseils des adultes et des aînés qui transmettent leur savoir. L’objectif étant de favoriser l’échange intergénérationnel.

C’est aussi l’occasion de rassembler les villageois autour d’un potager collectif. «À Lanaye, il n’y a pas de librairie, de boulangerie, de magasin. Il y a juste une petite école. Notre endroit est donc un lieu de rencontre pour les personnes plus âgées», racontent les bénévoles. Un havre de paix où toutes les générations confondues se rassemblent afin de briser la solitude.

Le Portrait de Serge Embrechts

Age : 53 ans

Fonction : Président des Z'Amis de Zoé

Chaque dimanche, Serge Embrechts prend beaucoup de plaisir à venir cultiver le potager. Il est un homme passionné par la nature et l’environnement. Chef d’atelier dans une école technique secondaire, ce professeur s’intéresse également au secteur des énergies renouvelables. Il a d’ailleurs construit avec ses élèves une micro-éolienne. Un travail qui a été récompensé. En 2016, ils ont reçu le « Prix belge de l’énergie et de l’environnement. » L’idée d’un retour à la nature est une quête qui le taraude. Il n’exclut pas le fait qu’il finirait sa carrière de cette manière.