MONS

Décumul des mandats à Mons: dès le prochain conseil communal, demande Bouchez

Décumul des mandats à Mons: dès le prochain conseil communal, demande Bouchez

Georges-Louis Bouchez attaque Di Rupo sur le cumul des mandats. Reporters / QUINET

Le chef de groupe MR déposera une motion demandant un décumul complet des mandats mardi prochain.

Toujours prompt à rebondir sur la moindre déclaration de son meilleur ennemi Elio Di Rupo, Georges-Louis Bouchez compte importer le débat sur le décumul des mandats au prochain conseil communal de Mons, mardi 20 juin. En réaction au coup de com' du PS annonçant hier soir la tenue d'un congrès statutaire du PS le 2 juillet prochain, portant sur le décumul intégral des mandats.  

Le conseiller communal d'opposition, chef de file des libéraux, déposera une motion "afin d'établir un décumul intégral avec effet immédiat". Dans les arguments de sa motion, il reprend la volonté initiale du président du PS et bourgmestre de Mons de mettre fin au cumul entre une fonction exécutive communale et la fonction de député à l'horizon  2024, et le fait "qu'il a été désavoué par ses militants qui ont exigé à 67% que cette mesure soit appliquée sans délai".

Si tel devait être le cas, deux élus montois de la majorité seraient concernés: Elio Di Rupo lui-même, bourgmestre et député fédéral et son premier échevin Nicolas Martin, député régional. Ces deux élus sont aussi respectivement président national du PS et président de la fédération PS de Mons-Borinage.

"Considérant qu'il n'y pas meilleur moyen de convaincre que de montrer l'exemple, qu'il est impossible de penser que deux éminents responsables du Parti Socialiste ne respectent pas les choix des membres de leur parti (...), le conseil communal décide de mettre un terme avec effet immédiat au cumul des fonctions de Bourgmestre et député d'une part et de Premier Echevin et député de l'autre en demandant aux deux intéressés de procéder à un choix", écrit Bouchez dans sa motion.

"Le Président du PS et le Président de l'arrondissement PS de Mons Borinage peuvent montrer l'exemple sans attendre le congrès du 2 juillet." A ceux qui estimeraient que Georges-Louis Bouchez se mêle d'un débat interne au PS et que son parti ne s'est pas prononcé pour un décumul intégral, il répond: "Notre position est parfaitement en cohérence avec la ligne du MR et de la proposition de Loi déposée par Olivier Chastel d'interdire le cumul dans les Villes de plus de 50.000 habitants considérant la charge de travail que cela représente et en parfaite conformité avec les règles du Parlement européen mais aussi de congé politique dans la fonction publique, celui-ci étant accordé à temps plein uniquement pour les fonctionnaires occupant un mandat exécutif local dans les Villes de plus de 50.000 habitants."