HOUYET

La justice dinantaise ordonne l’arrêt immédiat de la démolition du château de Noisy

La justice dinantaise ordonne l’arrêt immédiat de la démolition du château de Noisy

Illustration ÉdA

Le juge du tribunal des référés de Dinant vient d’ordonner l’arrêt des travaux de démolition du beau château de Noisy.

Alors que le chantier de mise à terre de ce colossal patrimoine a repris depuis quelques semaines, au terme d’une incroyable saga, deux habitants de Houyet avaient introduit une demande en référé afin que les travaux cessent, au motif que le château constitue un élément paysager majeur, fût-il en ruine.

Me Bernard Pâques, l’avocat du comte et propriétaire de ce château de style néo-tudor, avait évoqué le droit de son client à faire disparaître une ruine vandalisée depuis des années.

Le juge a finalement fait droit aux arguments des demandeurs, qui ont plaidé l’illégalité du permis de démolition. Un point de vue partagé il y a quelques mois par le premier auditeur du Conseil d’État.

En effet, ce permis, délivré par la commune de Houyet, a fait l’économie d’une enquête publique. Il n’aurait pas non plus tenu compte de l’avis négatif de la Division Nature et Forêt de la Région et se serait écarté de l’avis de la Commission royale des Monuments et Sites selon laquelle les raisons de la démolition sont soit trop faibles ou trop insuffisamment expliquées.

Me Alain Lebrun, le conseil des deux habitants de Houyet, avait plaidé également l’atteinte portée par le chantier à l’environnement et à la biodiversité, le château abritant une colonie de chauve-souris. Manifestement, la Justice dinantaise s’est également rangée derrière cette argumentation écologique.

Ces motifs ont amené le juge a ordonné l’arrêt immédiat des travaux, sous peine d’une astreinte de 20 000 euros par jour.

Le comte et son avocat peuvent toujours faire appel de ce jugement.