OUPEYE

Chertal pourrait être «libéré» de son cocon pour le développement économique

Chertal pourrait être «libéré» de son cocon pour le développement économique

L’usine de Chertal, au croisement de Liège, Oupeye et Herstal. Thierry du Bois © Reporters

Le Port autonome de Liège a demandé à la Région wallonne de mettre fin à la mise sous cocon de Chertal, le site sidérurgique d’ArcelorMittal. À deux pas du Trilogiport, l’endroit est idéalement situé.

Le Port autonome de Liège (PAL), 3e port intérieur d’Europe, est bien décidé à poursuivre le développement du Trilogiport à Hermalle-sous-Argenteau (Oupeye), vu le manque de terrains qui s’annonce, en intégrant les 200 hectares de Chertal, soit le site sidérurgique d’ArcelorMittal mis sous cocon à la demande des organisations syndicales. Une demande a été formulée à la Région wallonne en vue de la levée de la mise sous cocon, a indiqué mercredi Willy Demeyer, bourgmestre de Liège et président du conseil d’administration du PAL.

Il y a quelques semaines, Willy Demeyer annonçait l’intention du PAL, en accord avec les organisations syndicales, de prendre les initiatives nécessaires avec les différents interlocuteurs wallons et locaux en vue de lever la mise sous cocon de Chertal.

«Au nom du PAL, j’ai adressé un courrier à la Région wallonne, aux différents ministres, afin de demander de mettre le dossier en œuvre. J’ai reçu des accusés de réception allant dans le même sens ainsi que les félicitations des syndicats», précise Willy Demeyer. «Désormais, la question est de savoir comment ArcelorMittal va réagir».

En effet, sachant que le site de Chertal est sous cocon pour deux ans encore, des discussions doivent avoir lieu avec le géant sidérurgique, notamment en vue de la dépollution des terrains.

«Ces 200 hectares peuvent ne pas être dévolus dans leur entièreté à des activités de logistique mais être réhabilités de manière mixte, en accord avec les communes avoisinantes», a ajouté Willy Demeyer.