CINÉMA

Festival de Cannes: quand Joaquin Phoenix ne comprend pas qu’il a remporté le prix d’interprétation

Récompensé par le prix d’interprétation masculine du 70e Festival de Cannes, hier, Joaquin Phoenix a mis quelques secondes avant de comprendre qu’il venait d’être récompensé par le jury de la Croisette.

Scène surréaliste que celle vécue ce dimanche lors de la remise des prix du Festival de Cannes. Récompensé du prix d’interprétation masculine pour son rôle dans «You Were Never Really Here», Joaquin Phoenix n’a pas tout de suite pris la mesure de l’annonce faite par Pedro Almodovar.

Les yeux dans le vide tandis que l’ensemble de la salle l’applaudit, l’acteur américain ne semble pas comprendre ce qu’il se passe. Il devra attendre les explications de sa compagne, l’actrice Rooney Mara, pour se lever et monter sur la scène.

À l’image de son discours qui aura été très bref, Joaquin Phoenix ne s’attendait visiblement pas à décrocher le moindre prix à Cannes. «C’est un prix tout à fait inattendu, mes chaussures ne sont pas de circonstance», a-t-il d’ailleurs déclaré, chaussé de baskets Converse, en recevant son prix.

Dans ce thriller psychologique, l’acteur de 42 ans impressionne en vétéran du Vietnam, traumatisé, mutique et ultra-violent, qui doit exfiltrer une adolescente d’un réseau de prostitution. Massif, présent de tous les plans, il crève l’écran, le visage tuméfié, mangé par une barbe épaisse.

Tête d’affiche d’Hollywood, Joaquin Phoenix a joué pour Gus Van Sant, Oliver Stone, Casey Affleck, ou encore Spike Jonze et Woody Allen. Il a été nominé trois fois pour les Oscars, pour «The Master», «Gladiator», et «Walk The Line», et a remporté un Golden Globe pour ce dernier film.

Né le 28 en octobre 1974 à Porto Rico, dans les Caraïbes, Joaquin, troisième d’une fratrie de cinq, a grandi dans une famille hippie, adepte de la secte des «enfants de Dieu» qui passe sa vie sur les routes d’Amérique du Nord, avant de s’établir à Los Angeles.

Nos dernières videos