LIÈGE

Le RFC Liège joue la montée: pourquoi donc ce club est si sympathique?

Le RFC Liège joue la montée: pourquoi donc ce club est si sympathique?

Le RFC Liège jouera la montée, dimanche, face à Alost. Et en cas de qualification, nul doute que l’ambiance sera euphorique du côté de la rue de la Tonne. Léva

Le RFC Liège affronte Alost ce dimanche, dans le but de monter en D1 Amateur. L’enthousiasme est très palpable, parmi les supporters rouge et bleu. Louis Maraite nous explique pourquoi, selon lui, le Matricule 4 n’est pas un club comme les autres.

Le match est sold-out, archi-sold-out, avec 3 000 tickets vendus. «Si on jouait dans un stade de 10 000 places, elles auraient toutes été vendues», assure Louis Maraite. Ce dimanche, le RFCL Liège affronte Alost en match retour, dans le cadre du tour final de la D2 Amateur. Les Sang et Marine se sont imposés 0-1 à l’aller, prenant un avantage pour la montée, sans devoir être trop confiants pour autant.

Bien au-delà de la rencontre footballistique, c’est une véritable famille qui se rassemble autour du club et de ses couleurs. Avec l’Antwerp, l’Union ou encore le RWDM, le RFC Liège fait partie de ces clubs de légende, relativement préservés du football-business.

Supporter rouge et bleu, ancien président du RFCL Tennis, Louis Maraite vient d’écrire «FC Liège – Back to the Future», dans le contexte des 125 ans du club, en revenant sur son histoire de façon décalée. Il nous livre son regard de supporter et de connaisseur du club.

Louis Maraite, le fait que le RFC Liège revienne sur le devant de la scène semble faire plaisir à beaucoup de monde. Le Matricule 4 a-t-il vraiment une âme qui le distingue de beaucoup d’autres clubs?

Le RFCL est bien plus qu’un club, effectivement. Il y a quelques éléments qui en font ce qu’il est, à mon avis.

Premièrement, c’est un club historique, le matricule 4, le premier club wallon. Le matricule 1 d’Anvers a même déjà été contesté par Liège, mais pour des raisons que je qualifierais de politiques, il fallait que le matricule 1 reste à Anvers… Liège a remporté le tout premier championnat de Belgique. Le club a vraiment écrit les premières pages du football belge.

 

«

Liège a remporté le tout premier championnat de Belgique. Le club a vraiment écrit les premières pages du football belge.

»

 

Deuxièmement, il y a un engouement lié au fait que le club revient au premier plan, après des années de difficultés. L’histoire du FC Liège est faite de hauts et de bas, de chutes et de remontées. Ce fut par exemple le cas après la Seconde Guerre mondiale, avec une remontée et la belle période de 1952-1953, puis une rechute. Le club vit des cycles de succès et d’infortune et ce c’est qui le rend si sympathique, parce que c’est la vie. La vie est faite de haut et de bas. En phase de reconquête, le public a envie de s’y associer, de revivre quelque chose de fantastique.

Troisièmement, ce sont des supporters qui ont financé la relance du club. Sans les supporters, il n’y aurait plus de matricule 4. C’est le génie du président actuel, Jean-Paul Lacomble, qui a tout payé pour rembourser les dettes et pour construire quelque chose. C’est pour cela que les supporters se retrouvent dans leur président. Jean-Paul Lacomble, avec Georges-Henri Bodson, y est pour beaucoup dans le regain d’enthousiasme. Ils ont capitalisé, ils ont œuvré à leur rythme, dans le respect des valeurs du club.

Le RFCL est aussi une grande famille…

À l’instar des grands clubs multidisciplinaires, espagnols par exemple, le RFCL comprend six clubs: le foot, le tennis, l’athlétisme, le rugby, le hockey, le basket. Au total, cela représente près de 3 000 sportifs qui ont ma fibre rouge et bleu. Il y a une volonté de fédérer tous ces sportifs autour des valeurs du club.

La devise en dit long: «Porter le maillot Sang et Marine est un honneur. Le mouiller est un devoir!» Ce ne sont pas des touristes, sur le terrain. Au RFCL, les sportifs ont la rage, ils ont le tempérament liégeois. Il y a une idée de la fierté qui a traversé les époques. L’histoire du club s’est écrite à l’image de la ville, en fait.

Évidemment, les Liégeois n’habitent pas tous Liège. Le club rayonne dans toute la région. Historiquement, il a un lien très fort avec le plateau hesbignon, la Basse-Meuse, la vallée du Geer…

Il y a encore une raison qui rend le club sympathique: l’argent y est moins important que dans d’autres clubs.

On entend même certains supporters du Standard dire qu’ils se réjouissent de voir le RFCL jouer la montée…

Tout le monde a à gagner avec deux clubs de foot performants à Liège. Anvers a plusieurs clubs, Bruxelles aussi. Il est normal que Liège en ait plusieurs évoluant à un haut niveau.

Après, les philosophies et l’histoire des deux clubs restent différentes. Historiquement, le FC Liège a été créé par les laïcs, le Standard par les chrétiens, des anciens du FC Liégeois en fait. Les fondateurs du Matricule 4 venaient de Liège 1. Cela peut sembler anecdotique aujourd’hui, mais toute l’histoire des deux clubs s’est écrite à la suite de cela.

Je rappelle que c’est dans le parc de la Boverie qu’est né le club. On parle beaucoup du musée aujourd’hui, mais la Boverie a aussi été le théâtre d’un moment important pour la naissance du foot belge.

Le club joue la montée, il semble bien géré, il est retourné à Rocourt, il construit son stade. On a le sentiment qu’il vit un moment important de son histoire. N’y a-t-il pas quelque chose de sain?

Le fait que le président est un avocat est très important. On a l’assurance que les dérives, fiscales notamment, seront évitées. Il y a les dérives au plus haut niveau, avec l’achat des coupes du monde, qui est scandaleux. Et puis les dérives au niveau très local, avec des entorses à la légalité, des joueurs payés au noir, etc. Au FC Liège, avec ce président-là, ces entorses sont inconcevables. Il est dans une optique de reconstruction, avec des investissements dans l’infrastructure, dans l’école des jeunes, avant même de débourser pour le sportif.

Évidemment, le retour à Rocourt est une bonne chose. Le grand rêve, ce serait de racheter le Kinepolis, qui est à vendre, et d’y reconstruire un stade. Avec de l’argent, ce serait possible. Je sais que je rêve un peu… Quoique, ce n’est peut-être pas tellement fou!

Nos dernières videos