BELGIQUE

20 km de Bruxelles: une intervention toutes les 32 secondes pour la Croix-Rouge

20 km de Bruxelles: une intervention toutes les 32 secondes pour la Croix-Rouge

On attend des températures élevées ce dimanche. Le dispositif de prévention mis en place par la Croix-Rouge est le plus important de l’année. -

Comme chaque année, les 20 km de Bruxelles mobiliseront la foule ce dimanche. Les équipes de la Croix-Rouge déploient «un véritable hôpital de campagne». Grosses chaleurs attendues. Vigilance absolue.

«C’est le plus gros dispositif préventif de secours de l’année», dit-on à la Croix-Rouge. Ce dimanche 28 mai, les 20 km de Bruxelles vont mobiliser pas moins de 430 bénévoles, en plus de… 630 coureurs qui vont faire le parcours avec la vareuse de la Croix-Rouge de Belgique.

Les coureurs participent aux 20 km pour récolter des fondsdestinés à financer des projets solidaires portés par l’organisation (70 000€ collectés lors de la dernière édition).

Et les secouristes bénévoles vont quant à eux se déployer sur tout le parcours, dès 8 heures du matin et jusqu’à ce que le dernier des 35 000 coureurs ait franchi la ligne d’arrivée, pour assister les joggeurs en détresse.

 

La mobilisation de la Croix-Rouge en chiffres, c’est…

12 postes de soins sur les 20 km de parcours, 12 ambulances, 2 véhicules sanitaires légers, 3 véhicules médicaux, un poste de soins dans les vestiaires, 10 équipes d’intervention, une équipe médicale à l’arrivée, et un véritable service d’urgence comparable à celui d’un hôpital à l’arrivée «renforcé par les équipes médicales de la clinique universitaire Saint-Luc».

 

Chaque année, les équipes de secouristes, d’ambulanciers et de médecins prodiguent de 400 à 700 soins pendant la course. «Soit une intervention toutes les 32 secondes, heureusement le plus souvent sans gravité!» résume la Croix-Rouge.

On annonce de fortes températures. On se rapprochera donc sans doute plus de 700 interventions que des 400.

Et pour éviter de leur donner une surcharge de travail, deux ou trois choses que les habitués connaissent par cœur: une alimentation riche en glucides pendant les trois jours qui précèdent la course, un repas digeste 4 heures avant le départ et de l’eau, beaucoup d’eau pendant l’épreuve (pas plus de 5 km sans boire l’équivalent d’un grand verre d’eau, même sans avoir soif, rappellent les organisateurs).