La piscine, un rêve accessible?

Pour profiter au maximum de sa piscine, mieux vaut prévoir un système de chauffage. Elonore H – Fotolia

Fini la piscine gonflable à remplacer chaque année. Place à un vrai bassin, dans lequel on peut nager. Si vous avez ce projet en tête, de nombreuses options s’offrent à vous.

Les quelques jours de chaleur de ce début de semaine nous rappellent que l’été n’est plus très loin. Et qu’une baignade est toujours agréable. Les Wallons apprécient de plus en plus ce petit luxe. En témoigne l’augmentation constante du nombre d’installations de piscines enterrées ou semi-enterrées.

La réglementation est simplifiée dès ce 1er juin et les bassins de moins de 75 m2 ne sont plus soumis à un permis s’ils sont situés à plus de 3 m de la mitoyenneté et invisibles depuis la rue. À noter que certaines Communes imposent une taxe sur l’installation d’une piscine privée.

Chauffage indispensable

Aménager un bassin enterré entraîne pas mal de questions. «Beaucoup de personnes qui viennent nous voir ne savent pas trop quelles dimensions prévoir, quelle profondeur…, remarque David Martinez, responsable de site chez Blue Piscines à Hannut, spécialisé dans tous les types d’installations. Lors d’un premier rendez-vous, on cerne le projet, la forme, le budget, l’accessibilité du terrain, etc.»

Pour les bassins enterrés, la plupart sont réalisés en béton ou en monocoque. Quelle que soit l’option choisie, le chauffage est quasiment indispensable sous nos latitudes si on veut profiter au maximum de son installation. Et tout le monde s’accorde sur les atouts de la pompe à chaleur. «Elle est de moins en moins énergivore et offre un rapport qualité prix correct, note Aymeric Dewaele, assistant de direction chez Mattimmo Piscines (Heppignies), fabricant de bassins à coque polyester. Sa puissance défie toute concurrence par rapport au mazout.»

Des normes de sécurité?

La sécurité a également son importance. Il n’y a pas encore de loi en Belgique, contrairement à la France, mais des normes européennes vont bientôt être mises en place. Mieux vaut toutefois prendre les devants. Le volet et la couverture, qui permettent de maintenir la température et de limiter l’encrassement de l’eau, forment une protection non négligeable. «Le volet est plus esthétique car immergé, précise David Martinez. Mais son prix est plus élevé et il faut nettoyer le bac qui récolte les saletés. Une couverture à barres se place au-dessus de la piscine et coûte moins cher.»

La tendance montre que le prix des piscines va vers une diminution. Il faudra cependant compter entre 20 000 et 35 000€ pour une monocoque de 8x4 m et pas loin de 40 000€ pour un bassin en béton de mêmes dimensions. Sans oublier les frais de fonctionnement qui tournent autour de 1 200€ par an.

Nos dernières videos